Europe-Santé au travail

Stress au travail : données européennes

Alors que le ministre du travail vient de présenter début octobre un plan d’urgence contre le stress au travail, il est intéressant de consulter le dernier rapport publié par OSHA, l’agence européenne pour la santé et la sécurité au travail, qui fournit des données chiffrées sur le stress au travail, à la fois pour l’ensemble de l’Europe et dans les différents états.

Prévalence du stress au travail en Europe
Le stress suivant l’âge
Le stress chez les hommes et les femmes
Le stress par métier
Plan d’urgence contre le stress au travail
L’accord interprofessionnel sur le stress au travail est obligatoire
Consulter l’intégralité du rapport de l’OSHA

Prévalence du stress au travail en Europe

Le stress est ressenti par 22 % des travailleurs des 27 états membres.

La prévalence du stress dans les nouveaux états membres ( Europe des 10) est nettement plus marquée que dans les états membres de la vieille Europe.
Le stress en relation avec le travail est rapporté chez 20% des travailleurs de l’Europe des 15, 30% de l’Europe des 10 et 31% des pays qui viennent d’accéder ( Roumanie, Bulgarie).

Europe des 15, la « vieille Europe » :
France, Allemagne, Belgique, Pays-bas, Luxembourg, Italie, Royame-Uni, Irlande, Danemark, Grèce, Portugal, Espagne, Autriche, Suède, Finlande

Europe des 10, les nouveaux états membres :
Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Tchèquie, Slovaquie, Hongrie, Slovènie, Malte, Chypre

Niveau de stress en rapport avec le travail suivant les pays

Pays dans lesquels les niveaux de stress les plus hauts sont observés, exprimés en pourcentage de travailleurs qui se déclarent stressés :

  • Grèce 55%,
  • Slovénie, Suède : 38%,
  • Lettonie 37%,
  • Pologne, Roumanie : 35%

Les plus bas niveaux de stress ont été notés dans les pays suivants :

  • Royaume Uni 12%,
  • Allemagne, Irlande et Pays-Bas : 16%,
  • République Tchèque : 17%,
  • France et Bulgarie : 18%

En 2 000 28% des travailleurs de l’Europe des 15 souffraient de stress au travail.
Le taux était le même dans les 12 pays candidats, un an plus tard.

La prévalence du stress n’a pas significativement varié entre 1995 et 2000.Entre 2000 et 2005, la prévalence du stress a même diminué dans l’Europe des 15, alors qu’une tendance inverse a été observée chez les 12 pays candidats.

Nombre d’Heures travaillées

Le nombres d’heures de travail hebdomadaires est en diminution dans les pays d’Europe.

Entre 1991 et 2000,
une diminution du nombre d’individus qui travaillaient plus de 41H hebdomadaire a été observée,
tandis que le pourcentage de ceux qui travaillaient moins de 34 heures hebdomadaires a augmenté.

Cette tendance a diminué en 2005,
lorsque les 10 nouveaux pays qui travaillaient davantage en terme d’heures ont intégré l’Europe.
En 2 005, le pourcentage d’européens obligés de travailler plus de 48 heures hebdomadaires était en diminution, et se situait à 14%.

Intensité du travail

La diminution du nombre d’heures travaillées chaque semaine s’accompagne d’une augmentation de l’intensité du travail.

46% des personnes qui ont répondu en 2005 estiment travailler les ¾ de leur temps à très grande vitesse.

Il existe des différences très significatives suivant les pays.

  • La Suède, le Danemark, la Finlande et la Slovénie sont les pays où le pourcentage de travailleurs qui estiment travailler à très grande vitesse est le plus élevé ( entre 75 et 85%).
  • Les pourcentages les plus faibles sont observés en Pologne,Irlande, Lettonie ( aux environs de 40%) et Bulgarie ( 27%).
  • 50% de travailleurs français estiment travailler à très grande vitesse.

Le pouvoir de modifier les tâches et les conditions de travail

C’est le job control, facteur qui réduit le stress au travail.

En 2000 cette absence d’autonomie était rapportée par 29 à 55% des travailleurs européens.

  • Europe des 15
    Pas de contrôle sur la méthode de travail, pour 28 % des travailleurs en 1995, et 32% en 2005,
  • Pour l’Europe des 12,
    ce pourcentage passe à 38%.

Pas de possibilité de faire une pause quand le travailleur souhaite en faire une :
39% en 2001
et 55% en 2005 ( taux semblables dans l’Europe des 15 et l’Europe des 10).

Insécurité

Le sentiment d’insécurité du travail est plus marqué dans les nouveaux états :
la crainte de perdre son travail dans les 6 mois est ressentie par 11% des travailleurs de l’Europe des 15, 25% dans l’Europe des 10.

En France ce sentiment d’insécurité est relevé chez 7% des travailleurs,
32 % en République Tchèque,
27% en Slovénie,
26% en Pologne.

Satisfaction au travail
47% des travailleurs de l’Europe des 15 estiment être bien payés pour le travail fourni,
contre 29% pour les travailleurs de l’Europe des 10.

Violence et harcèlement
Environ 5% des travailleurs européens s’estiment victimes de violence ou harcèlement.

Cette violence est plus souvent rapportée dans les pays du nord de l’Europe et au Royaume Uni, 10 à 12% des travailleurs sont physiquement menacés.

Des faits de harcèlement sont observés chez 17% des travailleurs finlandais, 12% des travailleurs des Pays-Bas, chez 7% de travailleurs en France.
C’est en Italie ou Bulgarie que les taux sont les plus faibles, relevés chez seulement 2% de travailleurs.

La perception de la violence et du harcèlement varie bien sûr en fonction de la culture de chaque pays.

Le stress au travail en France

Le niveau de stress parmi les travailleurs français était plus bas que la moyenne européenne en 2005.

En 2003, il a été observé que les employés travaillaient moins d’heures comparé aux années antérieures.
En 2003, 20% des employées avaient travaillé plus de 40 heures la semaine précédente, contre 29% en 1994.
Travailler le samedi était également moins fréquent en 2002 qu’en 1994.

L‘étude des conditions de travail a montré une augmentation du rythme de travail dans les entreprises françaises.
Le pourcentage de travailleurs dont le rythme de travail est influencé par des contraintes de production ne cesse d’augmenter, de même ils sont de plus en plus nombreux à devoir interrompre fréquemment ce qu’ils sont en train de faire pour réaliser une tâche non programmée.
Dans le même temps davantage de flexibilité dans le travail est rapportée.

Bien qu’en France les maladies causées par des facteurs psychosociaux ne soient pas reconnues comme maladies professionnelles, il est possible de les faire reconnaître par le CRRMP
En France 6 pathologies résultant de facteurs psychosociaux ont ainsi été reconnues.

Le stress suivant l’âge

D’après les données de 2005, le stress était plus souvent rapporté chez les travailleurs âgés de 40 à 54 ans ( 24%), suivis des personnnes âgées de 25 à 39 ans ( 23%);
le stress est moins marqué chez les plus jeunes et chez les personnes âgées de plus de 55 ans.

Ce chapitre propose ensuite des données par pays, mais aucune données n’est disponible pour la France.

Le stress chez les hommes et les femmes

Les résultats d’une étude en 2005 révèle que 37% des hommes et 31% des femmes pensent que le travail affecte leur santé, alors qu’en 2 000 ils étaient 61% d’homme à penser que le travail affectaient leur santé, contre 59% de femmes.

Les hommes subissent du stress en rapport avec le travail, plus souvent que les femmes ( 23% et 20%).

Les femmes, particulièrement les femmes jeunes sont plus souvent victimes de harcèlement que les hommes.

Aucune donnée n’est fournie par la France, alors que la Belgique, la Finlande, l’Allemagne, l’Irlande, la Slovénie, l’Espagne,les Pays-Bas et le Royaume Uni fournissent des données.

Le stress par métier

Les données de 2005 montrent que le stress était plus marqué dans les métiers de l’éducation et les professions de santé, de même que dans les métiers de l’agriculture, de la forêt et de la pêche. Viennent ensuite le travail dans les ateliers et les mines, les hôtels restaurants et l’administration publique.

Le stress lié au travail est le plus largement répandu en Slovénie ( rapporté par 60% des personnes qui travaillent), suivi de la Grèce et de la Lettonie ( rapporté par 52% des personnes qui travaillent).

Selon les données européennes et les données de la littérature scientifique certains métiers sont plus particulièrement exposés à la violence :
en 2005, la violence physique est le plus souvent rapportée chez des travailleurs
dans le domaine de l’éducation et de la santé ( 14,6 %) ,
l’administration publique et la défense ( 11,6 ),
les transports et la communication ( 9,8 %),
les hôtels restaurants ( 9,3 %),
les services, les magasins (9,2 %).

  • La violence physique de la part de personnes extérieures à l’entreprise a touché 8,8 % des travailleurs de l’administration publique et de la défense, 8,4 % des travailleurs de l’éducation et du domaine de la santé, 7,4 % des hôtels et restaurants, 7,2 % des employés du transport et de la communication et 6,8 % des services et magasins.
  • Le harcèlement a surtout été rapporté dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration ( rapporté par 8,6% des travailleurs), l’éducation et la santé ( 7,8 %) et le transport et les communications (6,9 %)

Plan d’urgence contre le stress au travail

Urgence pour la prévention du stress au travail

Devant la multiplication des suicides en lien avec le travail, le Ministre du travail impose aux 2 500 entreprises de plus de 1 000 salariés de mettre en place des négociations sur la prévention du stress au travail d’ici le 1er février 2010.
Dans les très petites, petites et moyennes entreprises, la mise en place d’action concrètes de prévention est demandée.

Les directions générales du travail exerceront une surveillance accrue des entreprises qui licencient ou restructurent.

Le système de l’inspection de la législation du travail en France.

Le suicide : la conséquence de conditions de travail défavorables ?

L’accord interprofessionnel sur le stress au travail est obligatoire

Cet accord transpose l’accord européen du 8 août 2004.

La responsabilité de l’employeur est engagée dans la lutte contre les problèmes de stress au travail.

Accord national interprofessionnel sur le stress

Consulter l’intégralité du rapport de l’OSHA

Ce rapport est disponible en anglais.

“Stress at work-facts and figures”

Vous pouvez lire également les articles suivants :


Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire