Nouveau coronavirus SARSCoV-2 ( Covid-19) : urgence sanitaire mondiale

omatiquesDes cas de Covid-19, pathologies marquées surtout par des pneumopathies liées à un nouveau coronavirus :  SARSCoV-2 , sont apparues début décembre 2019,  à Wuhan (Chine). Des cas sont également apparus hors de Chine depuis, récemment en Italie, en Lombardie. Les coronavirus entraînent des symptômes bénins de type rhume mais deux épidémies mortelles sont déjà survenues au 21e siècle, impliquant des coronavirus émergents, hébergés par des animaux et soudain transmis à l’homme : le SRAS-CoV et le MERS-CoV. Le virus actuel est différent de ceux responsables du SRAS et du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS).

Coronavirus Covid-19  : situation actuelle
Les coronavirus 
Symptômes d’une infection à coronavirus
Qui est touché par le Covid-19 ?
Incubation d’une infection à coronavirus 
Diagnostic de laboratoire du coronavirus Covid-19
Un test en ligne pour connaître votre risque d’être contaminé par le coronavirus 
Transmission du coronavirus Covid-19
Recommandations standard pour prévenir la propagation des infections à coronavirus 
Coronavirus 2019-nCov : informations pour les voyageurs 
Patient suspect d’infection à nouveau coronavirus Covid-19
Le coronavirus en vidéos
Préparation au risque épidémique Covid-19
Indemnités journalières en cas d’isolement lié au coronavirus
Préparer une solution hydro-alcoolique
Nettoyage des locaux ayant hébergé un patient diagnostiqué positif pour le Covid 19

 

Désormais le nouveau coronavirus (ex 2019-nCoV) porte le nom de SARSCoV-2 et la maladie liée à ce virus le nom de Covid-19 (coronavirus infection disease 2019)

Coronavirus Covid-19  : situation actuelle

Le 31/12/2019, l’OMS a été informée par les autorités chinoises d’un épisode de cas groupés de pneumonies dont tous les cas avaient un lien avec un marché d’animaux vivants dans la ville de Wuhan, en Chine, le Huanan South China Seafood Market.
Le 09/01/2020, un nouveau coronavirus Covid-19 (dénommé il y a quelques semaines :2019-nCoV) a été identifié comme étant la cause de cet épisode.
Parmi les  premiers cas détectés à Wuhan, la plupart travaillent dans le Huanan South China Seafood Market où des animaux vivants sont vendus, ou l’ont fréquemment visité, indiquant une probable contamination d’origine animale.

Chiffres clés au 25 janvier 2020

  • 897 cas confirmés d’infection par le 2019-nCoV
  • 878 cas en Chine, dont 2 à Hong-Kong et 2 à Macao
    41 décès (tous en Chine)
  • 7 autres pays ont confirmé un ou plusieurs cas importés : Thaïlande, Singapour, Japon, République de Corée, Vietnam, Taïwan et Etats-Unis
  • 3 cas confirmés en France au 25 janvier 2020, ce sont les premiers cas en Europe : 2 cas à Paris, 1 cas à Bordeaux.

Chiffres au 30 janvier 2020

7818 cas confirmés dont 7 736 en Chine et 170 décès.
En dehors de la Chine, 82 cas confirmés, répartis dans 18 pays ( 6 cas en France)

Chiffres au 21 février 2020

76 740 cas confirmés de Covid-19, dont 75 484 cas en Chine (98,4%) et 1 256 cas hors Chine (PRC)
2 247 décès en Chine (PRC), 1 en France, 2 à Hong-Kong, 1 au Japon, 1 aux Philippines, 2 en Iran, 2 sur le bateau de croisière “Diamond Princess”, 1 à Taïwan, 1 en Corée du Sud

Au total, 5 continents touchés :

  • Asie hors chine continentale : 532 cas
  • Europe : 47 cas
  • Amérique : 25 cas
  • Océanie : 17 cas
  • Afrique : 1 cas
  • Autres : 634 cas sur un bateau de croisière au large du Japon

Situation épidémiologique internationale

Les chiffres clés sur Santé publique France

La zone d’exposition à risque au 21/02/20 concerne la Chine (Chine continentale, Hong Kong, Macao) ainsi que Singapour.

DGS urgent 25 février 2020, France

L’évolution rapide de la situation internationale doit nous inciter à renforcer les mesures d’endiguement afin d’être prêt à réagir à tout moment à la prise en charge d’une chaine de transmission sur notre territoire.
Les zones d’exposition à risque sont désormais élargies à la Corée de Sud et aux régions de la Lombardie et la Vénétie au Nord de l’Italie. La liste des zones d’exposition à risque, actualisée régulièrement, est disponible sur le site de Santé publique France.

Les personnes de retour des zones listées dans la définition de cas doivent faire l’objet des recommandations suivantes :

  • Surveiller sa température 2 fois par jour,
  • porter un masque chirurgical en présence de son entourage et en dehors du domicile,
  • réduire les activités non indispensables (cinéma, restaurant, soirées…)
  • et la fréquentation de lieux où se trouvent des personnes fragiles (hôpitaux, maternités, établissements d’hébergement pour personnes âgées…),
  • se laver les mains régulièrement.
  • En cas de fièvre ou sensation de fièvre, toux ou de difficultés à respirer, contacter rapidement le SAMU centre 15 en signalant son voyage.

Les coronavirus

Les coronavirus sont nommés ainsi en raison des pointes en forme de couronne à leur surface.
Il existe quatre sous-groupes principaux de coronavirus : alpha, bêta, gamma et delta.

Les coronavirus (CoV) sont une grande famille de virus qui provoquent des maladies allant du rhume à des maladies plus graves telles que :

  • le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) : Middle East respiratory syndrome
    apparu en 2012 provoqué par un coronavirus ( beta coronavirus) qui était alors inconnu jusqu’à cette date
  • et le Syndrome Respiratoire Aigu Sévère, SRAS,  (ou SARS pour Severe Acute Respiratory Syndrome) :
    maladie apparue pour la première fois en novembre 2002 dans le sud de la Chine dans la province de Guangdong.
    L’infection était due à un Coronavirus inconnu jusqu’alors : SARS-CoV (beta coronavirus).

Ces coronavirus du MERS, syndrome respiratoire du Moyen-Orient et du SRAS, syndrome respiratoire aigu sévère, sont des agents biologiques du groupe 3.
Les agents biologiques sont classés en 4 groupes, dans le groupe 3 sont classés les virus qui peuvent provoquer une maladie grave chez l’homme, constituent un danger sérieux chez les travailleurs. Leur propagation est possible dans la collectivité. Il existe une prophylaxie ou un traitement efficace.

Les coronavirus sont zoonotiques, c’est-à-dire qu’ils provoquent des zoonoses :
ils sont transmis entre les animaux et les humains.
Des enquêtes détaillées ont révélé que le SARS-CoV était transmis des chats civettes aux humains et le MERS-CoV des dromadaires aux humains.
Plusieurs coronavirus connus circulent chez des animaux qui n’ont pas encore infecté l’homme.
Ce nouveau coronavirus (2019 nCoV) est une nouvelle souche qui n’a encore jamais été identifiée chez l’homme. C’est un betacoronavirus

 

Symptômes d’une infection Covid-19, due au coronavirus SARS-CoV-2 

Les symptômes sont variables (fièvre, rhume, mal de gorge, toux et parfois des difficultés à respirer). La maladie est souvent bénigne mais plus rarement, peut entraîner une atteinte sévère des voies respiratoires pouvant être mortelle, en particulier chez des personnes souffrant de maladies chroniques.
Des anomalies pulmonaires détectables radiologiquement sont également décrites.

Selon les premières études 35 à 50% des cas sont asymtomatiques.

La maladie à SARS-CoV-2 débute après 2 à 14 jours d’incubation (en moyenne 3 à 7 jours) par des signes cliniques peu spécifiques (toux, fièvre ≥ 38° ou sensation de fièvre, dyspnée, fatigue, anorexie, rhinorrhée, myalgies, céphalées, pharyngite).

D’autres signes apparaissent ensuite dans certains cas :
vomissements, diarrhée, céphalées, vertiges, conjonctivite.

L’analyse actualisée des données épidémiologiques met en lumière l’étendue du spectre clinique de l’infection, allant de formes asymptomatiques jusqu’aux formes les plus graves.
La symptomatologie respiratoire reste au premier plan.
Les formes sévères représentent 13 à 17% et la létalité est de 2 à 3% des cas déclarés en Chine.

Définition de cas possible d’infection à coronavirus

Définition de cas ( au 30 janvier 2020 :  cette définition est susceptible d’évoluer)

Cas possible

a) Toute personne présentant des signes cliniques d’infection respiratoire aiguë avec une fièvre ou une
sensation de fièvre,
ET
Ayant voyagé ou séjourné dans une zone d’exposition à risque dans les 14 jours précédant la date de début des signes cliniques :

La liste des zones d’exposition à risque, définies comme les pays pour lesquels une transmission
communautaire diffuse du SARS-CoV-2 est décrite, est disponible sur le site internet de Santé publique
France ;
– Au cas par cas et après consultation de Santé publique France, une exposition avérée ou potentielle à un
évènement de type cluster (chaîne de transmission de taille importante), documenté hors de ces zones
d’exposition à risque, pourra aussi être considérée.

b) Toute personne présentant des signes cliniques d’infection respiratoire aiguë dans les 14 jours suivant
l’une des expositions suivantes :
– Contact étroit d’un cas confirmé de COVID-19, pendant que ce dernier était symptomatique ;
– Personne co-exposée, définie comme ayant été soumise aux mêmes risques d’exposition (c’est-à-dire un
voyage ou séjour dans une zone d’exposition à risque) qu’un cas confirmé.

 

Un contact étroit est une personne ayant partagé le même lieu de vie que le cas lorsque celui-ci
présentait des symptômes, par exemple : famille, même chambre ou ayant eu un contact direct, en
face à face, à moins d’1 mètre du cas au moment d’une toux, d’un éternuement ou lors d’une
discussion ; flirt ; amis intimes ; voisins de classe ou de bureau ; voisins du cas dans un transport
collectif de manière prolongée.

Cas confirmé d’infection Covid-19

Cas confirmé :
toute personne, symptomatique ou non, avec un prélèvement confirmant l’infection par le SARS-CoV-2.

Quelques définitions utiles :

  • Patient cas suspect :
    personne dont on considère qu’elle pourrait répondre à la définition de
    cas (en attente de classement) ;
  • Patient cas possible :
    patient cas suspect qui, après évaluation et classement par un infectiologue référent, entre dans la définition de cas élaborée par Santé publique France ;
  • Patient cas confirmé :
    patients cas possible avec un prélèvement biologique confirmant la présence du SARS-CoV-2 ;
  • Personne co-exposée :
    personne exposée à la même source d’exposition virale que le cas possible ;
  • Personne contact : personne ayant été en contact avec un « cas confirmé » avec différents niveaux de risque : négligeable, faible et modéré/élevé.

Réponses aux questions les plus fréquemment posées à propos du coronavirus SARSCoV-2 à l’origine du Covid-19

Questions réponses sur le site de santé publique suisse

 

Qui est touché par le Covid-19 ? résultats des premières études

De premières études viennent d’être publiées.

Early transmission dynamics in Wuhan, China, of Novel Coronavirus-infected pneumonia
On observe très peu de cas chez les enfants, la majorité des cas survenus en Chine ont touché des personnes de plus de 60 ans.

Etude réalisée par le CDC chinois
Etude rétrospective  :

  • 80,9 % des cas sont considérées comme infections modérées,
  • 13,8% sont classées comme sévères
  • et 4,7% comme critiques.

Le taux de mortalité le plus élevé concerne les personnes de 80 ans et plus, il atteint 14,8%.
Cette étude a mis en évidence que l’on observe davantage de décès  par complications dues au coronavirus chez les patients qui présentent certaines pathologies telles qu’une maladie cardiovasculaire, un diabète, une maladie respiratoire chronique, une hypertension artérielle.

Sachant que selon les premières études 35 à 50% des cas sont asymtomatiques, selon les infectiologues une infection avec autant de cas asymtomatiques est inarrêtable…

Incubation d’une infection Covid-19 due au coronavirus SARSCoV-2

Le CDC estime à l’heure actuelle que les symptômes du nCoV 2019 peuvent apparaître de 2 à 14 jours  après l’exposition.
Ceci est basé sur ce qui a été vu précédemment comme la période d’incubation des virus MERS.

Désormais le nouveau coronavirus (ex 2019-nCoV) porte le nom de SARSCoV-2 et la maladie liée à ce virus le nom de Covid-19 (coronavirus infection disease 2019)

Diagnostic de laboratoire du coronavirus SARSCoV-2 (Covid-19)

L’OMS a publié un document à propos du dépistage en laboratoire pour le diagnostic de coronavirus

Au laboratoire la microscopie électronique a révélé un virus à morphologie coronaire caractéristique: un coronavirus.
A partir des informations de séquence,  une série de tests d’amplification génétique (PCR) a été réalisée pour détecter à ce jour  plusieurs dizaines de cas de coronavirus.
La Chine, le Japon, la Thaïlande et les États-Unis partagent la séquence génétique et les métadonnées du bétacoronavirus : BetaCoV. Ce virus a été identifié pour la première fois fin décembre 2019 dans la ville de Wuhan, où les patients souffraient de maladies respiratoires telles que la pneumonie.
La séquence génomique du coronavirus a été publiée ( la séquence du génome des virus a été partagée officiellement sur la plateforme GISAID) : la séquence du génome de ce betacoronavirus est cruciale pour développer des tests de diagnostic spécifiques, mettre au point rapidement des tests PCR validés pour ce coronavirus émergent.

GISAID, Global Initiative on Sharing Avian Influenza Data a vu le jour le 24 août, 2006 lorsqu’un groupe de chercheurs de renommée mondiale annonça la création d’une coalition internationale qui favoriserait le partage des données sur la grippe.

En France, selon le Ministère de la santé un test de diagnostic rapide sera disponible dès la semaine prochaine ( aux environs donc du 31 janvier) dans les hôpitaux.

 

Un test en ligne pour connaître votre risque d’être contaminé par le coronavirus

Le centre universitaire de médecine générale et de santé publique Unisanté de Lausanne a lancé un site Internet qui permet à chacun d’entre nous d’évaluer son risque d’être contaminé par le coronavirus.

CoronaCheck propose :

Transmission du coronavirus SARSCoV-2 ( maladie = Covid-19)

Le plus souvent, les coronavirus sont transmis par les gouttelettes respiratoires lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue.

Au 24/01/2020, la transmission interhumaine du 2019-nCoV est avérée,
une transmission de personne à personne serait accrue par rapport au début de l’épidémie, compatible avec une meilleure adaptation du virus à l’homme.
Ces mêmes données sont en faveur d’une fréquence élevée de formes bénignes parmi l’ensemble des personnes infectées par ce virus.

Le mode de transmission du SARSCoV-2 n’est pas encore connu.
Cependant, il est probable qu’il soit similaire à celui des autres coronavirus humains, qui sont généralement transmis après l’inhalation de gouttelettes infectieuses émises lors d’éternuements ou de toux, ou après un contact avec des surfaces fraîchement contaminées par ces secrétions.
Les coronavirus survivent jusqu’à 3 heures dans le milieu extérieur, sur des surfaces inertes sèches.
En milieu aqueux, ces virus peuvent survivre plusieurs jours.

Recommandations standard pour prévenir la propagation des infections à coronavirus 

Les recommandations standard pour prévenir la propagation des infections comprennent

  • le lavage régulier des mains avec de l’eau savonneuse ou avec des solutions de lavage hydroalcooliques.
  • la couverture de la bouche et du nez lors de la toux et des éternuements,
  • la cuisson minutieuse de la viande et des œufs.
  • évitez tout contact étroit avec toute personne présentant des symptômes de maladie respiratoire tels que toux et éternuements.

Sur le site de l’OMS, mesures standards contre le coronavirus

Patient suspect d’infection Covid-19 

Arbre simplifié : prise en charge d’un patient en médecine de ville qui présente des symptômes évocateurs d’infection à Covid-19

Arbre simplifié : prise en charge d’un patient en médecine de ville

Informations pour les soignants de 1ère ligne

Information pour les soignants de 1ère ligne

En présence de fièvre + toux :

  • le patient doit porter un masque  chirurgical (un masque « chirurgical » est porté par un patient contagieux et son entourage, pour éviter la contamination de son entourage).
  • tandis que ce sont des précautions renforcées REB pour le soignant :
    « air » et « contact » :
    SHA ( Solution hydroalcoolique), masque de type FFP2, surblouse à usage unique, gants non stériles à usage unique, lunettes de protection (en cas de soins susceptibles de générer des aérosols).
    le masque FFP2 est un masque de protection respiratoire qui protège celui qui le porte contre l’inhalation d’agents infectieux.
    C’est un masque que l’on porte pour se protéger soi-même.

Lignes directrices pour la prise en charge en ville des patients symptomatiques en phase épidémique de Covid-19

Prise en charge en ville des patients symptomatiques.

Place des masques en milieu de soins

Place des masques en milieu de soins.

6 mars 2020, la Société française d’hygiène hospitalière apporte des précisions pour le choix des masques :
Les masques filtrant de protection de type FFP2 sont réservés exclusivement aux personnels soignants qui réalisent des gestes médicaux invasifs ou des manœuvres au niveau de la sphère respiratoire.
Un professionnel de santé qui n’effectue pas ce type de geste invasif, selon cet avis, est protégé avec un masque chirurgical.

REB : risque épidémique et biologique

REB : risque épidémique et biologique
Pour mémoire : REB est un acronyme pour “Risque Epidémique et Biologique”, il définit des pathogènes responsables d’infections graves avec la possibilité d’une transmission interhumaine, naturelle au mal intentionnée.
Référentiel technique REB

 

Le coronavirus en vidéos 

Sur le site des HUG se trouvent des informations fiables à propos du Covid-19 y compris sous forme de vidéos :

Comment réagissent les poumons face au Coronavirus Covid-19 ?

 

 

 

Comment fonctionne un test de dépistage ?

 

Chambre d’isolement : comment fonctionne une chambre à pression négative

 

Préparation au risque épidémique Covid-19 

Exemple de guide pour la continuité des entreprises

Cette épidémie doit également être l’occasion de vérifier si l’entreprise a bien établi un plan de continuité d’activité, qui doit être activé en cas de pandémie…

Singapour a édité un guide pour la continuité des entreprises dans ce contexte d’infection par le coronavirus : document en anglais.

Publication d’un guide méthodologique par les autorités sanitaires françaises: Préparation au risque épidémique Covid-19

Un guide Préparation au risque épidémique Covid-19 vient d’être publié en France, il est destiné aux établissements de santé, médecins de ville et établissements médico-sociaux.
En effet la dissémination du virus est probable en France dans les prochaines semaines.

En Suisse, guide pour les entreprises pour établir un plan pandémie

Guide pour les entreprises

 Indemnités journalières en cas d’isolement lié au coronavirus

Décret du 1er février 2020

En application de l’article L. 16-10-1 du code de la sécurité sociale, afin de limiter la propagation de l’épidémie de 2019-n-Cov, les assurés qui font l’objet d’une mesure d’isolement, d’éviction ou de maintien à domicile et se trouvent dans l’impossibilité de travailler peuvent bénéficier, au titre de cet arrêt de travail, des indemnités journalières prévues aux articles L. 321-1, L. 622-1 du même code et L. 732-4 et L. 742-3 du code rural et de la pêche maritime dans les conditions suivantes :

La durée maximale pendant laquelle chaque assuré exposé et faisant l’objet d’une mesure d’isolement, d’éviction et de maintien à domicile peut bénéficier des indemnités journalières versées dans ces conditions est fixée à 20 jours.

C’est le médecin de l’agence régionale de santé qui délivre l’avis d’interruption de travail et le transmet sans délai à l’organisme d’assurance-maladie de l’assuré.

 Préparer une solution hydro-alcoolique

Les fournisseurs sont en rupture de solution hydro-alcoolique.

Un arrêté a été publié le 6 mars 2020 : il autorise les pharmacies à fabriquer des solutions hydro-alcooliques, selon la formulation de l’OMS, jusqu’au 31 mai 2020

  • Recommandations de l’OMS
    • Substance active éthanol : 96%
    • Peroxyde d’hydrogène, solution à 3% : inactivateur de spores
    • Glycérol : humectant
    • Eau purifiée : rôle de solvant

 

Nettoyage des locaux ayant hébergé un patient diagnostiqué positif pour le Covid 19

 

La Société française d’hygiène hospitalière a édité un avis relatif au traitement du linge et au nettoyage des locaux qui ont hébergé un patient diagnostiqué positif pour le coronavirus.

A propos de l’épidémie de coronavirus, l’OMS a décrété le 30 janvier 2020 l’urgence de santé publique de portée internationale. Les premiers vaccins pourraient être prêts dans 18 mois, a annoncé le directeur de l’OMS, mardi 11 février.
La plupart des entreprises ont interdit transitoirement à leurs employés tout déplacement professionnel en Chine..

Vous pouvez lire également les articles suivants :

Sites Internet conseillés :

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire