Covid-19 : contrôle de la température corporelle par caméra thermique

De nombreuses entreprises en lien avec des activités essentielles continuent à fonctionner alors que la pandémie de Covid-19 provoquée par le coronavirus SARS-CoV-2 se poursuit. Elle sévit depuis plusieurs mois dans le monde et touche très sévèrement les pays d’Europe dont la France depuis quelques semaines. Le contrôle de la température corporelle des employés à l’arrivée dans l’entreprise  se pratique de plus en plus comme dans de nombreux pays d’Asie qui sont parvenus à maîtriser cette pandémie, la caméra thermique constitue une option complémentaire intéressante sous réserve d’en connaître les limites.

Etat fébrile lors d’une infection Covid-19, contrôle de température
Technologie infrarouge, IR,  pour contrôler la température corporelle 
Matériels disponibles pour contrôler la température corporelle des personnes qui arrivent sur un site 
Quel matériel choisir ?
Réglage du dispositif : choisir quelle température corporelle maximale  pour autoriser l’accès au lieu de travail ?
Contrôle de la température corporelle à grande échelle dans les pays d’Asie 

La caméra thermique constitue une option complémentaire intéressante dans le cadre de ce déconfinement puisqu’elle permet de repérer certaines personnes infectées ( mais pas toutes les personnes infectées).
Compte tenu de la lourde responsabilité qui pèse sur l’employeur face à ce virus émergent ( grand flou autour de sa responsabilité pénale), afin que les personnes qui viennent travailler ne soient pas contaminées par des personnes infectées qui s’ignorent, ce dispositif semble intéressant;
L’OMS recommande aux employeurs de ne pas faire entrer sur les lieux de travail les personnes qui ont une température corporelle à 37°3 ou plus.
Le protocole national de déconfinement publié par le Ministère du travail ne la conseille pas ( chaque personne devrait contrôler sa température avant de venir travailler…)  mais rappelle les recommandations à respecter si l’employeur décide de la mettre en place.

 Etat fébrile lors d’une infection Covid-19, contrôle de température

La maladie à SARS-CoV-2 débute après 2 à 14 jours d’incubation (en moyenne 3 à 7 jours) par des signes cliniques peu spécifiques : maux de tête, toux, fièvre ≥ 38° ou sensation de fièvre, dyspnée ( difficultés pour respirer), fatigue, anorexie, rhinorrhée ( nez qui coule), myalgies, céphalées, pharyngite, odynophagie ( difficultés pour avaler),perte de goût, perte d’odorat, parfois des troubles digestifs (vomissements, diarrhée), conjonctivite, éruption cutanée;

Au début de l’infection la fièvre n’est pas très élevée et la personne n’en a pas toujours conscience c’est pourquoi le contrôle de la température corporelle a du sens.
Si la température est égale ou supérieure à 38, la personne ne doit pas se rendre sur son lieu de travail.

On sait également que la fièvre n’est pas toujours présente, dans certaines formes de Covid-19 il y a très peu de symptômes et la contagion existe 2 jours avant l’apparition des symptômes. Ce dispositif est pris en défaut si une personne a pris un traitement antipyrétique avant de venir travailler ( traitement qui vise à normaliser la température corporelle).
Le contrôle de la température est un moyen complémentaire pour repérer des personnes qui sont fébriles mais n’en ont pas conscience surtout si elles ne contrôlent pas leur température avant d’aller travailler.

Selon le protocole national de déconfinement

Un contrôle de température à l’entrée des établissements/structures est déconseillé mais le ministère des Solidarités et de la Santé recommande toute personne de mesurer elle-même sa température en cas de sensation de fièvre et plus généralement d’auto-surveiller l’apparition de symptômes évocateurs de COVID-19.

Toutefois, les entreprises, dans le cadre d’un ensemble de mesures de précaution, peuvent organiser un contrôle de la température des personnes entrant sur leur site.
Dans le contexte actuel, ces mesures peuvent faire l’objet de la procédure relative à l’élaboration des notes de service valant adjonction au règlement intérieur prévue à l’article L. 1321-5 du code du travail qui autorise une application immédiate des obligations relatives à la santé et à la sécurité avec communication simultanée au secrétaire du comité social et économique, ainsi qu’à l’inspection du travail.
Elles doivent alors respecter les dispositions du code du travail, en particulier celles relatives au règlement intérieur, être proportionnées à l’objectif recherché et offrir toutes les garanties requises aux salariés concernés tant en matière d’information préalable, d’absence de conservation des données que des conséquences à tirer pour l’accès au site.
En outre, des garanties doivent être données, notamment :
la prise de mesure dans des conditions préservant la dignité ;
une information préalable sur ce dispositif (RI, note de service, affichage, diffusion internet) en particulier sur la norme de température admise, l’objectif de la mesure et sur l’absence de suites au dépassement de cette norme.
En tout état de cause,  le contrôle de température  n’a pas un caractère obligatoire et le salarié est en droit de le refuser.

Si l’employeur, devant ce refus, ne laisse pas le salarié accéder à son poste, il peut être tenu de lui verser le salaire correspondant à la journée de travail perdue.

Technologie infrarouge, IR,  pour contrôler la température corporelle

Tous les dispositifs utilisés doivent bien sûr être sans contact pour éviter toute transmission d’agent infectieux;  C’est donc la technologie infrarouge (IR) qui est utilisée puisque les thermomètres infrarouges permettent de mesurer la température rapidement, à distance et sans toucher la personne ou l’objet que l’on veut tester.

Nous connaissons tous l’infrarouge : c’est lorsque nous ressentons la chaleur à distance d’un objet chaud. Nous savons également que ce rayonnement est invisible puisque la chaleur se ressent aussi dans l’obscurité totale.
C’est en 1800 que le britannique Herschel a mis en évidence l’existence de ce rayonnement. Il a également trouvé les premières preuves que la lumière et l’infrarouge sont deux aspects d’un même phénomène, nommé aujourd’hui rayonnement électromagnétique.

Le thermomètre infrarouge (IR) mesure la température par quantification de l’énergie radiative émise dans la bande spectrale de l’infrarouge.

Suivant les dispositifs ( thermomètre classique) ou tablette ou caméra thermique, la taille du capteur infrarouge est différente :

  • un thermomètre a un petit capteur et ne peut analyser qu’une partie du rayonnement IR réfléchi
  • un dispositif du type caméra ou tablette thermique est muni d’un plus grand capteur et analyse donc une partie plus importante du corps, fournit une mesure plus fiable.

Un thermomètre infrarouge destiné à mesurer la température corporelle cible le front de la personne, or un front plus ou moins bombé ne va pas réfléchir de la même manière.
Une surface plate réfléchit davantage le rayonnement.

Matériels disponibles pour contrôler la température corporelle des personnes qui arrivent sur un site

Ces dispositifs  sont sans contact pour éviter toute transmission d’agent infectieux, notamment l’agent du Covid-19, le SARS-CoV-2

Thermomètre manuel à infrarouge, type Gun

Ces thermomètres sans contact sont utilisés par un opérateur qui contrôle par exemple chaque personne à son arrivée dans l’entreprise.

La plupart des thermomètres infrarouges portables ont des pointeurs laser qui montrent le centre approximatif de la zone de mesure. Ce laser n’est qu’un pointeur, n’est pas utilisé pour la mesure de température effective.
De même contrairement à une idée faussement répandue, le thermomètre ne mesure pas strictement la zone éclairée par le faisceau laser, le point de mesure est toujours plus large.

Il faut viser le front et rester en position jusqu’à ce qu’une mesure s’affiche sur l’écran : l’appareil mesure la température plusieurs fois sur une courte période, puis affiche la valeur qu’il estime être la plus proche de la réalité.

Pour avoir une mesure précise et fiable il faut observer des conditions assez strictes pour l’utiliser :

  • notamment laisser environ 20 minutes au thermomètre pour atteindre la température de son environnement quand on l’emporte dans un lieu significativement plus chaud ou plus froid que son lieu de stockage,
  • observer un temps de latence d’au moins 1 minute entre 2 mesures,
  • se souvenir que la vapeur ou la poussière peuvent affecter la précision des thermomètres IR,
  • ne pas oublier d’entretenir la lentille du thermomètre pour qu’elle reste propre et sans rayures.

Caméra thermique pour contrôler la température corporelle

Ces dispositifs qui sont disponibles sous forme de tablette ou caméra thermique  s’avèrent plus fiables car analysent une partie beaucoup plus importante du corps .

Une caméra oblige à adopter une position figée puisque la personne doit se placer dans le squelette affiché par la caméra. Cette posture normalisée permet d’obtenir un résultat plus fiable pour la mesure de la température corporelle de la personne testée.

Il faut être vigilant pour les caractéristiques techniques de la caméra thermique :

  • en effet le capteur infrarouge de la caméra thermique est plus ou moins précis et offre donc une image plus ou moins précise ( en fonction du nombre de DPI, de pixels, c’est à dire de points analysés). Plus le nombre de pixels est importants, plus le résultat de la mesure de la température de la face est  fiable.
  • de même la caméra thermique doit être étalonnée et calibrée;
  • la précision de la mesure doit être de +/- 0.3°C .

Quel matériel choisir ?

Avec la pandémie Covid-19 les caméras thermiques et tablettes Covid-19 ont inondé le marché.
Il est vivement conseillé de s’adresser à des fournisseurs qui connaissent ce type matériel et vendent des caméra thermique et tablette Covid-19 fiables,  conformes aux normes en vigueur et capables de conseiller les entreprises en matière d’installation, voire de protection des données pour celles qui souhaitent stocker des informations avec ces nouveaux équipements.

 

Réglage du dispositif : choisir quelle température corporelle maximale pour autoriser l’accès au lieu de travail ?

Ce document de l’OMS : Getting your workplace ready for Covid-19  préconise de ne pas laisser entrer sur les lieux de travail des personnes dont la température est de 37°3 ou plus.

Brief your employees, contractors and customers that if COVID-19 starts spreading in your community anyone with even a mild cough or low-grade fever (37.3 C or more) needs to stay at home.

Ce document : COVID 19 : Guidance for the workplace fait la synthèse des recommandations publiées par WHO ( OMS), CDC, ECDC and HSE.

Le médecin du travail validera la fourchette de température admise pour le réglage du dispositif.

Contrôle de la température corporelle à grande échelle dans les pays d’Asie

De nombreux pays d’Asie également très touchés par la pandémie de COVID-19 qui sont parvenus à maîtriser la diffusion du virus ont mis en place des contrôles de température corporelle à grande échelle dans tous les établissements : gares, aéroports, entreprises, etc

 

Vous pouvez lire également les articles suivants :

 

Sites Internet conseillés :

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire