Prévention des accidents d’exposition au sang

La prévention des Accidents d’exposition au sang, AES, est essentielle compte tenu de leur gravité potentielle, elle repose principalement sur le respect des précautions standards, qui figurent dans le rapport 2006 du ministère de la santé. Un arrêté publié en juillet 2013 transpose des directives européennes et précise les précautions standards qui doivent être mises en place par l’employeur dès qu’il existe un risque d’exposition au sang.

Obligations de l’employeur en cas de risque de blessure par objet perforant et d’infection : arrêté du 10 juillet 2013
Matériels de sécurité
Mesures de précautions standard pour la prévention des Accidents d’Exposition au Sang ( rapport 2006 du Ministère de la santé)

Ne jamais recapuchonner les aiguilles. Utiliser des collecteurs d’objets perforants pour évacuer le matériel utilisé.

 

Obligations de l’employeur en cas de risque de blessure par objet perforant et d’infection : arrêté du 10 juillet 2013

Lorsque les résultats de l’évaluation des risques professionnels met en évidence un risque de blessure par objet perforant et d’infection, l’employeur s’assure que l’exposition des travailleurs est évitée ou réduite. Si elle ne peut pas être évitée, grâce aux précautions standard, il faut mettre à disposition des dispositifs médicaux de sécurité.

L’employeur doit également s’assurer que les salariés sont formés et informés

Précautions standard à mettre en oeuvre dès qu’il existe un risque d’AES

  • Respecter les recommandations en vigueur concernant le lavage et la désinfection des mains, notamment lavage immédiat en cas de contact avec des liquides biologiques potentiellement contaminants.
  • Porter des gants :
    • si risque de contact avec du sang ou tout autre produit d’origine humaine, avec les muqueuses ou la peau lésée d’un patient, notamment à l’occasion de soins à risque de piqûre et lors de la manipulation de tubes ou de flacons de prélèvements biologiques, linge et matériel souillé ;
    • et systématiquement en cas de lésion cutanée des mains.
    • Les changer entre deux patients, deux activités.
    • Certaines situations peuvent nécessiter des précautions complémentaires :
      port de deux paires de gants notamment pour les opérateurs au bloc opératoire,
      port de sous-gants résistants aux coupures pour les gestes particulièrement à risque notamment en anatomo-pathologie.
  • Lorsqu’il y a un risque de projection de sang ou de produits biologiques potentiellement contaminants, porter une tenue adaptée (masque chirurgical antiprojection complété par des lunettes ou masque à visière, surblouse…).
  • Utiliser de préférence du matériel à usage unique.
  • Utiliser les dispositifs médicaux de sécurité mis à disposition.
  • Respecter les bonnes pratiques lors de toute manipulation d’instruments piquants ou coupants souillés :
    • ne jamais recapuchonner les aiguilles ;
    • ne pas désadapter à la main les aiguilles des seringues ou des systèmes de prélèvement sous-vide ;
    • jeter immédiatement sans manipulation les aiguilles et autres instruments piquants ou coupants dans un conteneur adapté (conforme à l’arrêté du 24 novembre 2003 modifié), situé au plus près du soin, dont l’ouverture est facilement accessible et en ne dépassant pas le niveau maximal de remplissage ;
    • en cas d’utilisation de matériel réutilisable, lorsqu’il est souillé le manipuler avec précaution et en assurer rapidement le traitement approprié.
  • Les prélevements biologiques, le linge et les instruments souillés par du sang ou des produit biologiques doivent être transportés, y compris à l’intérieur de l’établissement dans des emballages étanches appropriés, fermés puis traités ou éliminés si nécessaire selon des filières définies.

Supprimer  l’usage inutile d’objets perforants, mettre à disposition des dispositifs médicaux de sécurité

Information des travailleurs

L’employeur informe les travailleurs sur :

  • Les risques et la réglementation en vigueur relatifs à l’usage d’objets perforants.
  • Les bonnes pratiques en matière de prévention et les dispositifs médicaux mis à disposition.
  • Le dispositif de déclaration et de prise en charge des AES ( comme le prévoit cet arrêté).
  • Les procédures d’élimination des objets perforants.

Formation des travailleurs

L’employeur organise la formation des travailleurs dès l’embauche, y compris les travailleurs temporaires et les stagiaires.

La formation porte notamment sur :

  • Les risques associés aux AES.
  • Les mesures de prévention, y compris :
    • les précautions standard AES définies par cet arrêté
    • les processus de travail visant à éviter ou minimiser le risque d’AES ;
    • les procédures correctes d’utilisation et d’élimination des objets perforants ;
    • l’importance de la vaccination ;
    • l’utilisation correcte des dispositifs médicaux de sécurité conformément au mode d’emploi établi par le fabricant et aux consignes de l’employeur.
  • Les procédures de déclaration des AES
  • Les mesures à prendre en cas d’AES.

La formation des travailleurs sera renouvelée régulièrement, notamment en cas de modification de l’organisation du travail ou des procédures.

Matériels de sécurité

Certains matériels de sécurité permettent de réaliser les gestes de prélèvements, injections, dans de plus grandes conditions de sécurité :

  • seringues, systèmes de prélèvements, scalpels,
  • pourvus d’un manchon de protection qui vient recouvrir l’aiguille ou la lame, après le geste ;
  • aiguilles de suture à bout mousse,
  • moins dangereuses pour l’opérateur que les aiguilles classiques ;
  • autopiqueurs autorétractables pour prélèvements en capillaire ;
  • systèmes de prélèvement sous vide.

Nouvelle aiguille de sécurité pour les stylos-injecteurs d’insuline
Il s’agit d’une aiguille universelle qui s’adapte sur tous les modèles de stylos.
Lorsque l’injection est effectuée, l’aiguille se rétracte automatiquement.
Elle permet la prévention d’une des causes majeures d’AES en milieu hospitalier.
Son coût est par contre dix fois supérieur à celui d’une aiguille classique.

Tout accident d’exposition au sang doit faire l’objet d’une enquête de la part des membres du CHSCT afin de mettre en place des mesures préventives, pour éviter toute récidive.

Mesures de précautions standard pour la prévention des Accidents d’Exposition au Sang ( rapport 2006 du Ministère de la santé)

  • Lavage, désinfectiondes mains, avec des solutions hydro alcooliques :
    • systématiquement entre l’examen de 2 patients, entre 2 activités,
    • immédiatement en cas de contact avec des liquides potentiellement contaminants.
  • Port de gants :
    • les gants doivent être changés entre 2 patients, 2 activités,
    • à l’occasion de soins à risque de piqûres, lors de la manipulation de tubes de prélèvements biologiques, linge et matériel souillé,
    • systématiquement lors des soins lorsque les mains du soignant comportent des lésions.
  • Port de lunettes, masques, surblouses :
    • si les soins exposent à un rique de projection ou d’aérosolisation de sang, ou tout autre produit d’origine humaine, tel que intubation, aspiration, endoscopie, acte opératoire, autopsie…..
  • Matériel souillé
    • Matériel piquant ou tranchant à usage unique :
    • ne pas recapuchonner les aiguilles,
    • ne pas les désadapter à la main,
    • déposer dans un conteneur adapté, situé au plus près du soin, immédiatement après usage, le niveau maximal de remplissage doit être vérifié.
    • Matériel réutilisable :
    • manipuler avec précaution ce matériel souillé.
  • Surfaces souillées :
    • nettoyer, puis désinfecter avec de l’eau de javel à 9° fraîchement diluée au 1/5 ème, ou tout autre désinfectant approprié les surfaces souillées par du sang ou tout autre produit d’origine humaine.
  • Transport du linge et des matériels souillés :
    • les linges et instruments souillés par le sang doivent être évacués du service dans un emballage fermé étanche.
  • Au laboratoire :
    • les précautions déjà citées doivent être prises pour tous les prélèvements.
    • L’identification de prélèvements «à risque» est une mesure qui peut être dangereuse car elle apporte une fausse sécurité; ceux ci doivent être transportés dans des tubes ou flacons hermétiques, sous emballage étanche.
    • Ne jamais pipeter à la bouche;
    • Porter des gants
  • Au bloc opératoire :
    • changer régulièrement de gants, porter 2 paires de gants, notamment pour l’opérateur principal, lors de la suture des plans pariétaux;
    • porter des masques à visière, ou des lunettes de protection;
    • utiliser des techniques opératoires limitant les risques ( coordination, protection de la main contro latérale, aiguilles à bout mousse quand c’est possible).

Ces recommandations d’un groupe d’experts sont extraites du rapport 2006 sur la prise en charge des personnes infectées par le VIH, et sont rappelées dans la Crculaire VIH du 13_mars_2008 relative aux recommandations de prise en charge des personnes exposées à un risque de transmission du virus de l’immunodéficience humaine.

Parution du rapport YENI en 2010  : « Prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH »


Vous pouvez lire également les articles suivants :

Sites Internet conseillés :


Il y a 1 commentaire sur cet article
  1. isinov 2 mars 2012 16 h 02 min

    Nous pouvons désormais apporter une réponse efficace aux risques d’A.E.S au Bloc opératoire pour l’équipe soignante. ISIGRIP est un support de classement et de stockage de chutes de sutures chirurgicales.
    Dispositif Breveté, français développé par un IBODE, pour des IBODES.
    Dispositif consommable usage unique qui de plus s’amortit totalement dès la réutilisation d’une chute de suture fine.
    De plus, ISIGRIP est fourni avec un mini-collecteur à contondants pratique, bien conçu, sans aimantation.
    Doc et Photos:
    isinov@orange.fr

Laisser un commentaire