Conséquences des troubles psychiatriques sur l’aptitude au travail

La dangerosité d’une pathologie psychiatrique dans le monde du travail est liée à différents facteurs. Des conduites à tenir nous sont proposées par les psychiatres, en cas de manifestations aigues ou chroniques, de troubles psychiatriques sur le lieu de travail.

Facteurs de dangerosité au travail d’une pathologie psychiatrique
Conduite à tenir lors de manifestations de troubles psychiatriques sur le lieu de travail
Relations entre psychiatres et médecins du travail

 

Facteurs de dangerosité au travail d’une pathologie psychiatrique

La dangerosité d’une pathologie psychiatrique dans le monde du travai est liée à différents facteurs:

  • Pathologie associée à une agressivité.
  • Pathologie ou traitement associés à des troubles de la vigilance ou de l’attention.
  • Pathologie associée à une inconscience des risques pris.

La dangerosité d’une maladie psychiatrique se manifeste en général au moment de la crise et non en dehors de la crise.

Conduite à tenir lors de manifestations de troubles psychiatriques sur le lieu de travail

  • Evaluation des risques encourus par le salarié ou ses collaborateurs
  • Envisager une restriction d’aptitude seulement si les difficultés sont durables

Manifestations aigues

Patient en crise pour les maladies suivantes:

  • Syndrome maniaque.
  • Bouffée délirante aigue.
  • Crise hystériforme.
  • Trouble de l’adaptation bruyant.
  • Attaque de panique.

Etablir un diagnostic
Prendre en charge les manifestations à court terme.

Etablir la nécessité d’une consultation spécialisée d’urgence
Elle évaluera une éventuelle indication d’hospitalisation.

Prendre contact avec le médecin traitant.

Manifestations chroniques

Evaluer la dangerosité pour le salarié et l’entourage professionnel.

  • Aggravation, ou stabilisation du trouble?
  • Prise de conscience ou non du trouble?
  • Caractéristiques de personnalité: impulsivité?
  • Alcoolisme ou autre addiction?

Inciter à une prise en charge spécialisée

Envisager éventuellement une adaptation du poste de travail.

Relations entre psychiatres et médecins du travail

Des relations renforcées entre médecins du travail et psychiatres sont indispensables.
Il est important que les personnes qui souffrent de maladie mentale n’intègrent pas forcément le circuit de la réinsertion mais continuent à travailler en milieu professionnel ordinaire.

Les relations entre psychiatre et médecin du travail doivent être bilatérales:

  • Le médecin du travail peut interpeller le psychiatre en cas de difficulté dans le milieu professionnel.
  • Le psychiatre, lui, peut interpeller le médecin du travail en cas de souffrance susceptible de retentir sur le travail du patient, ou inversement en cas retentissement du travail sur la pathologie.

La reprise du travail constitue un moment clé.

Une communication durable et suffisamment étroite entre psychiatres et médecins du travail est indispensable.

L’ensemble de cette rubrique consacrée aux troubles mentaux et travail a été réalisé grâce aux informations recueillies en juin 2007 lors d’une formation, destinée à des médecins du travail à Lyon, assurée par:
Professeur Nicolas franck, Professeur des Universités
Praticien hospitalier en psychiatrie au Centre hospitalier Universitaire de Lyon
Centre de Neuroscience Cognitive: CNRS UMR 5229.
Suivre le lien sites internet conseillés «Institut des sciences cognitives» pour accéder aux travaux du Professeur Nicolas Franck.

 

 

Vous pouvez lire également les articles suivants :

 

Sites Internet conseillés :

Institut des sciences cognitives»  travaux du Professeur Nicolas Franck.


Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire