Dépistage des cancers de vessie en santé au travail

Le signe le plus fréquent, le plus évocateur et le plus souvent révélateur des tumeurs de vessie est la présence de sang dans les urines. La recherche d’hématurie par bandelettes urinaire est très sensible. Ce test urinaire est réalisé systématiquement lors des visites médicales de santé au travail.

Hématurie par bandelette urinaire
Cytologie urinaire
Cytologie en contraste de phase
Cystoscopie
Echographie
Cytomètrie analytique par analyse d’image
Immunocyt

L’arrêté du 5 avril 1985 souligne l’intérêt du dépistage précoce des tumeurs de la vessie chez les salariés exposés professionnellement à des amines cancérogènes.

Il prévoit la réalisation d’examens cytologiques urinaires à intervalles réguliers, mais la sensibilité insuffisante de ces tests en font des tests médiocres.

 

Hématurie par bandelette urinaire

Ce test est très sensible puisqu’il détecte 95 % des hématuries, mais il est non spécifique.
La réalisation d’un Examen CytoBactériologique Urinaire permet d’éliminer une infection.
La survenue d’une hématurie, présence de sang dans les urines, doit être considérée comme étant liée à une lésion de l’appareil urinaire, transitiore ou permanente.

La mise en évidence de sang dans les urines nécessite une enquête étiologique approfondie.

Cytologie urinaire

C’est l’examen des cellules desquamées qui sont éliminées naturellement dans l’urine.
La cytologie urinaire est positive pour les tumeurs de vessie de haut grade, souvent négative pour les bas grades.
Le grade pour une tumeur est d’autant plus élevé que les cellules de la tumeur sont plus anormales.

Cytologie en contraste de phase

Utilisation de la microscopie en contraste de phase pour étudier le sédiment urinaire.
Elle permet une analyse beaucoup plus fine des éléments retrouvés dans les urines.

Dans 90 % des cas elle permet d’affirmer l’origine glomérulaire ou non glomérulaire d’une hématurie.

Elle permet donc de faire la différence entre une hématurie d’origine vésicale ou rénale, donc d’orienter le salarié chez un urologue ou un néphrologue.

Cystoscopie

C’est une fibroscopie vésicale
Examen de l’intérieur de la vessie avec un système optique introduit dans l’urètre grâce à un instrument souple.
La cystoscopie est intéressante pour certaines tumeurs planes ou de petite taille échappant aux autres tests.

Echographie

C’est l’étude de la vessie par ultrasons.
L’échographie n’est intéressante que dans le cadre de la surveillance.

Cytomètrie analytique par analyse d’image

La détection précoce des tumeurs de la vessie peut être facilitée par l’identification de cellules anormales exfoliées dans les urines des personnes exposées, ou ayant été exposées à des substances suspectes de cancérogénicité vésicale.

Cette technique repose sur la mesure par analyse d’images du contenu en ADN cellulaire (ADN ploïdie).
Le recueil du prélèvement est le même que pour l’examen cytologique classique prévu par la réglementation. C’est un examen non invasif.

Immunocyt

Ce test a été développé pour améliorer les performances de la cytologie, pas pour la remplacer.
Ce test, en association avec la cytologie, est en cours d’évaluation, il sera peut-être un test d’avenir.

Le compte d’Addis est obsolète.

Dépistage du cancer de la vessie: recherche d’hématurie à la bandelette, cytologie urinaire, cytométrie analytique.

Tableaux 15 ter et 16 bis

Tableaux des maladies professionnelles associés :

  Tableau n°15 Ter RG : Lésions prolifératives de la vessie provoquées par les amines aromatiques et leurs sels et la N-nitroso-dibutylamine et ses sels (72,4 KiB, 4 301 hits)

  Tableau n°16 Bis RG : Affections cancéreuses provoquées par les goudrons de houille, les huiles de houille, les brais de houille et les suies de combustion du charbon (58,0 KiB, 4 718 hits)

Vous pouvez lire également les articles suivants :


Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire