Paramètres de la vision

L’acuité visuelle, le champ visuel, la vision des couleurs sont testés lors des visites médicales de santé au travail.

Acuité visuelle
Champ visuel
3 types de vision
Vision des couleurs
Vision binoculaire
Vision de nuit

Acuité visuelle

L’acuité visuelle est mesurée à différentes distances.

  • En vision de loin : vision à 5 m.
  • En vision intermédiaire : vision à 66 cm.
  • En vision de près : vision à 33 cm

Important :
C’est la vision intermédiaire qui est mise en jeu lors du travail sur écran.

Champ visuel

L’acuité visuelle n’est qu’un des éléments de la vision la mesure du champ visuel est capitale.
Sa mesure suppose la coopération et une attention soutenue de la part du salarié.
Il faut ôter les lunettes pour réaliser ce test car les branches des lunettes constituent une gêne.

Mesurer le champ visuel

  • L‘examen clinique au doigt garde toute sa valeur, surtout en périphérie.
  • Coupole de Goldman
    Surtout pour le champ visuel périphérique: la tache aveugle correspond au nerf optique.
    Un scotome est un trou dans le champ visuel.
    Champ visuel binoculaire: les 2 champs visuels sont notés sur le même schéma.
  • Appareils automatisés
    En service d’ophtalmologie: ils sont fiables, parfaits pour le suivi de scotomes.

Altérations du champ visuel

  • Le champ visuel diminue avec l’âge, avec les opacités cristalliniennes.
    Le cristallin continue à croître durant toute la vie, il a de plus en plus de couches au fil du temps,il devient donc de moins en moins transparent.
  • Les grosses montures de lunettes peuvent gêner la mesure du champ visuel.
    Le champ visuel est habituellement testé avec la correction pour la vision de près.
  • Les verres teintés peuvent gêner la mesure du champ visuel.
  • Les très fortes myopies, ou hypermétropies ou astigmatismes diminuent le champ visuel.
  • Rétrécissement concentrique du champ visuel: on l’observe lors de problèmes psychiatriques.
  • Rétinite pigmentaire : vision en tunnel, le champ visuel est très diminué malgré une acuité visuelle à 10/10.
  • Hémianopsie, quadranopsies : elles sont d’origine neurologique.
  • Chez le diabètique traité au laser: rétrécissement du champ visuel.
    En effet en cas de rétinopathie très sévère, on fait du laser sur toute la surface de la rétine, sauf la macula.
    Mais le laser brûle, crée des cicatrices: d’où un rétrécissement du champ avec perte du champ visuel périphérique.
  • Scotome :trou dans le champ visuel, c’est une amputation très partielle du champ visuel.

Dans un glaucome avancé, on voit d’abord un scotome arciforme,puis le trou s’agrandit et le champ visuel s’effondre brutalement.

Postes de travail pour lesquels il faut mesurer le champ visuel

  • Joailliers, bijoutiers.
  • Postes de surveillance avec contrôle de plusieurs écrans;
  • Travaux dangereux.
  • Postes de sécurité: grutier, chauffeurs poids lourds, chauffeurs VL, caristes…
  • Pompiers, policiers

Il y a incompatibilité pour la conduite des véhicules légers, si le champ visuel binoculaire horizontal est inférieur à 120°. Toute altération du champ visuel est une contre-indication à la conduite poids lourds.

3 types de vision

  • Vision photopique :
    c’est la vision diurne naturelle ou artificielle, les niveaux de luminance sont d’au moins 10 Cd /m2.
  • Vision scotopique :
    c’est la vision nocturne, les niveaux de luminance sont inférieurs à 10 -3 Cd/m2.
  • Vision mésopique :
    c’est la vision crépusculaire, entre la vision diurne et la vision nocturne.

Vision des couleurs

7 à 10% de la population présente une dyschromatopsie (trouble de la vision des couleurs) congénitale.
Il y a des atteintes acquises notamment lors de rétinopathies.
Le test d’ishihara donne une bonne idée de la vision des couleurs primaires.
Cas des jeunes salariés porteurs de dyschomatopsie souhaitant s’orienter dans le secteur de l’électronique, l’électrotechnique

Plusieurs tests sont disponibles pour décider de l’aptitude à travailler dans le secteur de l’électronique et l’électrotechnique.

  • Le diagnostic de dyschromatopsie est posé avec le test d’Ishihara.
  • Possibilité de réaliser un Test d’aptitude avec le city university test de Fletcher et Votke:
    Ce test donne une note sur 10 planches ( toutes les couleurs sont de la même intensité, il n’y a pas 2 couleurs identiques dans ce test).
    Parmi ces 10 planches du city test:
    6 planches sont classiques
    4 planches sont plus difficiles, car les couleurs sont désaturées, c’est à dire du gris a été rajouté à ces couleurs.

Ainsi on peut avoir un test Ishihara perturbé, mais un city test normal.

  • Test avec des fils électriques.
  • Test avec des fils téléphoniques.

Vision binoculaire

Le cerveau construit une représentation unique à partir des images des 2 yeux.
C’est une fonction qui s’acquiert dans les 2 premières années de la vie et qui donne les impressions de profondeur et de relief.
Il faut que les 2 champs visuels se recoupent pour avoir une vision binoculaire.

Quand cette vision binoculaire est dépassée, il y a diplopie : vision en double des objets.

Phories
En l’absence de plainte de fatigue visuelle, il est inutile d’explorer les phories;
Cet examen des phories est intéressant pour les postes à forte contrainte visuelle :
travail sur écran, travail en laboratoire, au microscope ou sous loupe grossissante, etc.

Hétérophories
C’est un trouble de la motilité oculaire qui ne se voit pas, contrairement au strabisme:
cette déviation de l’axe des yeux n’intervient que lorsque l’un des yeux est masqué par opposition au strabisme.

Phories horizontales

  • Exophorie : l’œil tend à dévier vers l’extérieur, c’est la plus fréquente.
  • Esophorie : l’œil tend à dévier vers le nez.

En présence d’exophorie : rechercher une myopie non ou mal corrigée.
En présence d’ésophorie : rechercher une hypermétropie non ou mal corrigée

Phories verticales
Plus rares, mais plus gênantes, source de diplopie : vision en double des objets.

Cyclophories
Le décalage de l’œil se fait dans un mouvement de torsion.
Elles sont souvent associées à des paralysies des muscles moteurs de l’œil.
Retentissement: peut aller de l’absence de signe à la diplopie.
Elles se révèlent lors d’efforts visuels tels que ceux que l’on rencontre dans le travail sur écran ou sur appareils de vision binoculaire ou stéréoscopique.

Sens du relief
Plus de 70 % du sens du relief est assuré par la vision binoculaire.
Les amblyopes de naissance ( l’un des yeux a une vision pratiquement nulle) compensent leur handicap en jouant sur les contrastes, les ombres, le sens de la perspective, la sensation d’accommodation, les couleurs ( les couleurs des objets éloignés sont atténués).

Vision de nuit

Les examens ophtalmologiques dont on dispose ne reproduisent jamais les conditions de la vision de nuit.
L’acuité visuelle peut être testée :

  • en vision photopique haut, environ 300 candela ;
  • en vision photopique bas, environ 150 candela ;
  • en vision crépusculaire ou mésopique ;
  • en vision nocturne.

Néanmoins on ne parvient jamais à reproduire les conditions de la conduite de nuit par exemple.

Divers tests utilisés en ophtalmologie pour tester la vision de nuit

  • Tester l’adaptabilité à l’obscurité
    Il faut attendre 20 mn avant de s’adapter à l’obscurité, donc avant la réalisation du test.
  • Tests de contraste
    Vision photopique, mésopique, scotopique.
  • Ergovision en médecine du travail
    De nombreux tests sont possibles : vision des contrastes, vision crépusculaire, temps de récupération à l’éblouissement.

Risques qui augmentent à la tombée de la nuit

  • Baisse de vigilance.
  • Fausse appréciation de la perspective car diminution des contrastes, l’obscurité entraîne la perte d’appréciation des distances.
  • D’où baisse très importante de l’acuité visuelle car myopisation la nuit de – 0,50 à – 0,75 dioptries : cela avantage les hypermétropes.
  • Eblouissement par les phares. On dispose de peu d’éléments pour objectiver l’éblouissement par les phares.
  • Réaction face à un obstacle : on ne prend conscience des obstacles, la nuit, que lorsqu’ils entrent dans le faisceau des phares.

La résistance à l’éblouissement diminue de 50% tous les 12 ans chez une personne normale.

Eblouissement
Un individu est plus gêné par les sources lumineuses en vision périphérique qu’en vision centrale.
Il existe un éblouissement inconfortable, parfois un éblouissement perturbateur.
Facteurs favorisant l’éblouissement :

  • âge, à partir de 40 ans, on devient de plus en plus sensible à l’éblouissement en raison du vieillissement du cristallin et de la rétine ;
  • Les myopes forts sont très sensibles à l’éblouissement ;
  • A l’intérieur de l’iris se trouve un pigment, la mélanine ;
  • si un oeil est foncé, moins de lumière traverse iris, il est donc moins sensible à l’éblouissement.

Comment remédier à l’éblouissement

  • Rétroviseur intérieur qui limite l’éblouissement par l’arrière.
  • Porter une correction optimale pour corriger les défauts visuels.
  • Porter éventuellement des verres correcteurs à verres teintés jaunes qui augmentent les contrastes donc peuvent appporter une amélioration.
  • Les nouveaux implants multifocaux sont légèrement teintés jaune donc diminuent l’éblouissement en augmentant les contrastes.
  • Il faudrait surcorriger les myopes pour la vision de nuit.

Acuité visuelle et vision de nuit

  • Une personne avec une mauvaise acuité visuelle en vision de jour sera encore plus gênée la nuit : c’est le cas de myopes.
  • Plus l’âge augmente, plus l’opacité cristallinienne augmente et crée une gêne.
  • La dégénérescence maculaire provoque beaucoup d’éblouissements.
  • Rétinite pigmentaire: le premier signe d’appel est la gêne la nuit.
  • Toutes les maladies oculaires créent une gêne la nuit.
  • Les personnes opérées de chirurgie réfractive sont gênées par l’éblouissement.
    La chirurgie réfractive quelle que soit la méthode utilisée crée une gêne à type de halo, d’éblouissement :
    le relief de la cornée a été sculptée, elle n’est plus bien régulière, par conséquent, la lumière arrive et se réfracte.
    Les conséquences sont encore plus marquées pour la chirurgie réfractive par implants multifocaux.
  • Chirurgie chez les presbytes :
    mise en place d’un implant multifocal sur le cristallin, même en l’absence de cataracte:
    Ces implants multifocaux génèrent de l’éblouissement.
  • Désormais on place un filtre jaune sur l’implant multifocal et un filtre pour la lumière bleue, gênante pour la macula.

Compte tenu de ces raisons, on n’opère pas avec mise en place d’implant,

  • un conducteur de transport en commun,
  • un conducteur poids lourds,
  • ou un travailleur de nuit



Vous pouvez lire également les articles suivants :

Sites Internet conseillés :


Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire