Travail sur écran: risques pour la santé

Le travail sur écran est incontournable dans de nombreux métiers, que ce soit l’écran d’un téléphone, d’une tablette ou d’un ordinateur. La durée passée devant un écran et la fréquence d’utilisation ne cessent donc augmenter et à cela s’ajoute tout le temps également en dehors du travail passé sur les écrans. Travailler sur écran peut révéler des troubles visuels, provoquer des troubles musculo-squelettiques, tels que des douleurs au niveau de la nuque, des épaules, du dos et générer du stress.

Fatigue visuelle
Sécheresse de l’œil
Troubles musculo squelettiques
Rayonnements
Quelques recommandations pour bien vivre avec les écrans 

 

Fatigue visuelle

La fatigue visuelle se traduit le plus souvent par des yeux rouges, des sensations de picotements, des maux de tête, des éblouissements

Elle est favorisée à la fois par des facteurs individuels et des facteurs liés à l’installation du poste de travail.

Facteurs individuels qui favorisent la fatigue visuelle

  • Les anomalies de la vision non corrigées.
  • L’âge, avec l’apparition de la presbytie ( baisse de la vision de près).
  • Une atteinte de l’état de santé.
  • Certains traitements tels que les traitements neuroleptiques.

 Facteurs ergonomiques qui favorisent la fatigue visuelle

Caractéristiques de l’affichage à l’écran

Les caractères imprimés sont rendus visibles par la lumière qui les éclaire, alors que les caractères à l’écran sont rendus visibles par la lumière qu’ils émettent.

  • Eclairement
    Si l’éclairement ambiant reçu par l’écran augmente, le contraste entre les caractères et le fond diminue, d’où une mauvaise lisibilité;
  • Reflets
    Gêne maximale quand les fenêtres se reflètent directement dans l’écran l’écran doit idéalement être placé perpendiculairement aux fenêtres.
  • Température ambiante
    Si la température est trop élevée, associée à une faible humidité: la cornée de l’oeil se déshydrate.
  • Contenu de la tâche
    Les activités de saisies sont plus fatigantes que les tâches plus complexes, telles que gestion de dossiers, dialogue…
  • Durée du travail sur écran
    La fatigue est importante après 4 Heures de travail sur écran, sans alternance avec d’autres activités.
    IL est important de réaliser des pauses visuelles, au moins relâcher l’accommodation en portant son regard au loin.

Sécheresse de l’œil

La sécheresse de l’oeil est favorisée par :

  • la rareté du clignement des paupières ( c’est pourquoi il est conseillé de porter régulièrement son regard au loin pour relâcher l’accommodation et cligner des paupières),
  • la climatisation qui rend l’air ambiant plus sec,
  • les polluants de l’air: poussières dans certaines zones de production,
  • l’émission d’ozone des photocopieuses, des imprimantes laser, etc

Troubles musculo-squelettiques

Les contraintes sont importantes au niveau des muscles, de la nuque, des épaules, du bas du dos, du bras, du poignet, de la main.Les tendons sont également concernés;

A la lecture de la littérature à propos des troubles liés au travail sur écran, la durée d’utilisation de la souris semble avoir un impact plus important sur la survenue des troubles musculo squelettiques par rapport à l’utilisation du clavier en particulier en qui concerne les douleurs de la nuque, ainsi que les symptômes de l’avant-bras et de la main.

A ce jour aucun lien n’a été établi entre la survenue du syndrome du canal carpien et l’utilisation du clavier ou de la souris.

 

Causes de sollicitations musculaires excessives au niveau des épaules et de la nuque lors du travail sur écran

Si la hauteur de l’assise du siège est trop basse :
il en résulte un travail musculaire de maintien par soulèvement des épaules.
Pour remédier à cela il faut relever la hauteur d’assise jusqu’au bord de la table, juste en dessous de l’articulation du genou.

Si le clavier, la souris sont mal placés :
il en résulte un travail musculaire de maintien fourni par les muscles des épaules et de la nuque.
pour solutionner ce problème, il faut placer le clavier et la souris de telle façon que l’on peut les atteindre alors que le haut des bras est détendu le long du corps.

Si l’écran est trop haut
il en résulte que les muscles de la nuque doivent réaliser un travail musculaire de maintien
pour résoudre cette difficulté, tout en tenant compte de l’acuité visuelle, il faut régler la hauteur de l’écran pour qu’elle corresponde à la ligne de vision horizontale avec flexion minimale ( il faut imiter au maximum les tensions dans les muscles de la nuque).
Ne pas oublier qu’il est possible de placer dans la partie haute des verres correcteurs la correction pour le travail sur écran.

 

Causes de sollicitations musculaires excessives au niveau de la région lombaire lors du travail sur écran

En l’absence de réglage dynamique du dossier ( manque de mobilité)
il en résulte une absence de mise en charge et décharge des muscles du dos, des mouvements d’évitement.
La solution consiste à passer à un dossier dynamique pour un mouvement continu du dos.

En cas de résistance du dossier non réglée de façon adaptée au poids
il en résulte un manque de soutien du dos, ou une contre-pression trop forte.
La solution consiste à régler le dossier dynamique en fonction du poids.

Les troubles musculo squelettiques sont favorisés par le port de lunettes, la nature de la tâche, l’organisation de la tâche : un travail ininterrompu pendant longtemps, etc, l’aménagement du poste, l’ installation au poste de travail ( un appui continuel du poignet sur le bureau durant la frappe, une souris éloignée du clavier sont des éléments négatifs), une ambiance de travail stressante

Rayonnements

Les rayonnements émis par les écrans cathodiques sont inférieurs aux limites d’exposition, donc non dangereux.

Quelques recommandations pour bien vivre avec les écrans 

Posture à adopter lorsque l’on utilise un écran portable

 

 

Du bon usage des écrans…

Tanguy Marie Pouliquen vient de publier “Fascination des nouvelles technologies et transhumanisme“, un livre dans lequel il analyse l’envahisssement de notre quotidien par les nouvelles technologies et donc l’omniprésence des  écrans dans notre quotidien.
il propose dix “commandements” pour bien vivre avec ses écrans de télévision, d’ordinateur, de tablette, de smartphone, de console portable, de montre connectée, etc.
Il nous conseille surtout d’apprendre à déconnecter durant notre temps libre…

 

Se donner une règle de vie :
l’écran n’est qu’un moyen au service d’un projet plus grand. Lequel ? Définissons-le. Qu’est-ce que je veux vraiment, aujourd’hui, pour demain ? Combien d’heures d’écran par jour pour cela ? Se demander si mes écrans sont mes meilleurs amis.

Créer des espaces de sevrage,
pour goûter de nouveau à la vie intérieure, aux désirs personnels les plus profonds, aux relations réelles, mon visage face à un visage.
Remettre le virtuel à sa place : il n’est en rien notre vie intime.
Suggestion : se fixer combien de jours par semaine nous passerons sans aucun écran.

Protéger son hygiène de vie mentale.
On vit sa journée comme on se lève et on se couche. Les « 4 pas » pour mieux avancer : pas d’écran jusqu’au petit-déjeuner inclus, ni durant le repas, ni dans la chambre, ni avant de s’endormir. La fascination « écranique » disperse.

Ne pas utiliser les écrans… pour se détendre.
Savoir que souvent, la détente écranique rime avec compensation psychique.
Mieux vaut faire du sport, lire un bon livre, écouter de la musique douce, se ressourcer spirituellement devant une vraie icône, et non pas devant les icônes du bureau de son ordinateur.

Ne pas se servir de son smartphone comme réveil ou montre.
C’est le début de l’addiction. On se fait trop vite avoir par l’envie d’aller « checker » ses différentes applications. Se demander combien de fois quotidiennement je regarde un écran. Et pourquoi je le regarde. Remplit-il un vide?

Apprendre à se séparer de l’écran.
Ranger l’ordinateur portable dans un tiroir, le smartphone en dehors de sa poche, si possible. Demandez-vous si c’est vous qui regardez l’écran ou bien si c’est l’écran qui vous regarde. Dans le deuxième cas : éteignez-le et allez marcher !

Profitez du peu de temps libre pour privilégier les rencontres.
Peu, voire pas d’écran pendant les vacances, ni le dimanche, temps privilégiés pour s’écouter, prier, reprendre contact avec les émotions et les idées de l’autre.

Ne confondons pas notre esprit avec notre temps de cerveau disponible pour les écrans.
Stimulons toute notre personnalité. Nous sommes tout à la fois corps, âme, esprit, relations et non pas seulement les neurones potentiellement connectés à des écrans — neuf heures en moyenne par jour !

Interdire les écrans dans les réunions, pour faciliter l’écoute mutuelle,
la bienveillance et ainsi renforcer les liens fraternels afin de construire un vrai projet en commun. Eviter à tout prix de réaliser 2 choses à la fois car cela nous disperse et nous ne donnons pas le meilleur de nous-mêmes contrairement à ce que l’on pourrait imaginer.

Se rappeler que l’essentiel est rarement urgent
et que l’urgence est souvent liée à notre volonté d’emprise sur les événements et les personnes, ainsi qu’à la peur de manquer. Nous ne sommes pas indispensables. Laissons de la place aux autres et du temps au temps. Sortons de l’immédiateté pour retrouver le sens du long terme.

 

 

Vous pouvez lire également les articles suivants :

Sites internet conseillés


Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire