Substitution des fibres céramiques réfractaires

Ce sont des fibres de silicate d’aluminium utilisées dans l’isolation thermique industrielle, commercialisées depuis 1950, classées cancérogènes catégorie 2, c’est à dire «substances devant être assimilées à des substances cancérogènes pour l’homme»

L’étiquetage des fibres céramiques réfractaires et des préparations en contenant plus de 0,1% en poids comporte le pictogramme «toxique» et la phrase de risque R 49 «peut causer le cancer par inhalation».

Il existe des fibres de verre, dites fibres de verre aux oxydes, pour isolation haute température pouvant résister à des températures de 1050°C, voire 1250°C.

Ces fibres, dites fibres de verre aux oxydes, contiennent une proportion plus importante d’oxydes alcalins et alcalino-terreux, qui les rendent plus solubles, ainsi elles sont plus solubles et persistent donc moins dans les poumons.

Elle sont néanmoins classées cancérogènes de catégorie 3 «substances préoccupantes pour l’homme en raison d’effets cancérogènes possibles».

Selon les professionnels, ces fibres de verre aux oxydes présentent l’inconvénient de se sublimer à l’eau.

Le remplacement des agents CMR, Cancérogènes, Mutagènes, toxiques pour la Reproduction doit constituer un axe prioritaire en matière de prévention des risques professionnels.
Malgré tout, il importe de rester vigilant car ces nouveaux matériaux de substitution ne sont pas toujours dénués de toxicité et certaines études en cours ne disposent pas encore de recul suffisant pour affirmer leur inocuité.


Vous pouvez lire également les articles suivants :

Sites Internet conseillés :


Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire