Femmes enceintes : application de peintures contenant certains éthers de glycol

Les peintures qui contiennent du propylène glycol monométhyléther, PGME, ou son acétate PGMEA, même dans la mesure où les seuils de concentration sont conformes à la réglementation, représentent un danger pour les femmes enceintes.

Ethers de glycol
Impureté de synthèse toxique lors de la fabrication d’éthers de glycol
Recommandations de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail
Conduite à tenir chez les femmes enceintes

Ethers de glycol

Les éthers de glycolsont des substances chimiques utilisés pour remplacer certains solvants aromatiques, inflammables et toxiques pour le système nerveux.

Les éthers de glycol sont utilisés dans de nombreux produits de consommation courante, comme solvants, conservateurs, additifs:

  • Produits ménagers.
  • Cosmétiques.
  • Peintures.
  • Colles.
  • Vernis.
  • Désodorisants, etc

    Chacun peut ainsi être exposé dans la vie de tous les jours aux éthers de glycol, par voie respiratoire ou cutanée

Le propylène glycol monométhyléther, PGME, et son acétate, PGMEA, acétate de propylène glycol monométhyléther, sont les éthers de glycol les plus utilisés et les plus produits.

Ils ont progressivement remplacé les éthers de glycol toxiques pour la reproduction, c’est à dire ceux de la série éthylènique : EGEE, EGME.

Impureté de synthèse toxique lors de la fabrication d’éthers de glycol

La fabrication du PGME ou du PGMEA, comme toute fabrication d’éthers de glycols de la série P (dérivés du propylène glycol) donne lieu à la production d’une impureté appelée impureté béta, pour laquelle des effets toxiques ont été démontrés chez l’animal et sont suspectés chez l’homme.

  • 1PG2ME ou 2 -méthoxy 1-propanolol:
    Numéro CAS 1589-47-5
    Classé reprotoxique 2 par la CE
    Avec la phrase de risque R 61.
  • 1 PG2MEA ou acétate de 2-méthoxy 1-propanolol
    Numéro CAS 70657-70-4
    Classé reprotoxique 2 par la CE
    Avec la phrase de risque R 61.

Arrêté du 26 juillet 2004
Cette impureté ne doit pas être présente à plus de 0,5 % dans les produits destinés au public ou à un usage professionnel.

En pratique les concentrations en impureté béta dans les préparations sont conformes à la législation:

  • Préparations destinées au public: concentrations inférieures à 0,06 %.
  • Dans les produits à usage professionnel: concentrations inférieures à 0,3 %.

Recommandations de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail

L’Afsset, l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail attire l’attention sur le fait que les études réalisées laissent à penser que dans le cas d’application de peinture , bien que le seuil de concentration soit conforme à la réglementation, soit 0,5 %, il peut exister un risque pour la femmeenceinte au regard des effets de ces substances sur le développement et la reproduction.

L’Afsset recommande:

  • De mettre en place des mesures de protection et d’information en milieu professionnel pour les activités à risque.
  • Un meilleur étiquetage des produits concernés.
  • La poursuite des mesures et études afin d’améliorer les connaissances sur les expositions réelles.

Conduite à tenir chez les femmes enceintes

  • Préparation qui contient plus de 0,5 % d’impureté béta
    Elle doit être étiquetée reprotoxique R 61.
    Les femmes enceintes ne doivent pas y être exposées ( article R. 231-56-12 du code du travail).
  • Préparation qui contient moins de 0,5 % d’impuretés béta
    Et n’est pas classée reprotoxique:
    C’est l’évaluation des risques ( quantité, prévention, mise en place..) qui déterminera la conduite à tenir pour la femme enceinte.

Vous pouvez poser vos questions sur notre forum de santé au travail

Tableaux des maladies professionnelles associés :

  Tableau n°84 RG : Affections engendrées par les solvants organiques liquides à usage professionnel (86,8 KiB, 6 035 hits)

Vous pouvez lire également les articles suivants :

Sites internet conseillés :

  • European Databases

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire