Substitution du dichlorométhane pour le décapage, nouveaux process

D’autres procédés de travail , d’autres produits doivent être utilisés afin de supprimer l’exposition au chlorure de méthylène: il existe désormais quelques produits de substitution, utilisés au Canada par exemple. Le changement de process représente également une solution intéressante.

Décapage chimique
Décapage mécanique
Décapage thermique
Décapage cryogénique

Décapage chimique

C’est le procédé qui coûte le moins cher pour décaper les bois et métaux, il est donc largement utilisé.

Il existe une dizaine de process différents

Décapage avec des solvants
Quel que soit le matériaux à décaper, avec les solvants on utilise les mêmes produits.
Dans une formulation de décapage, on trouve:

  • Un agent décapant avec un agent mouillant qui permet au décapant de s’étaler sur la surface de la pièce.
  • Un inhibiteur afin que le décapant attaque seulement le revêtement de la pièce mais pas la pièce elle même ( porte, volet..).
  • Egalement présence d’hydrocarbones qui eux sont inflammables.

Le solvant ramollit le revêtement et le gratte, l’halogéné casse les liaisons entre le revêtement et le vernie ou la peinture.

Décapage avec des acides ou des bases
Les produits varient suivant matériaux à décaper:
Un acide décompose le film, donc crée un déchet supplémentaire

Exemples d’acides utilisés:

  • Acide chlorhydrique, acide sulfurique pour les métaux ferreux…
  • Acide phosphorique, fluorhydrique, etc

Produits de substitution pour le dichlorométhane
Les produits de substitution ont un temps d’application plus long:

  • Phosphate de triéthyle en solution aqueuse.
  • Esters dibasiques: adipate, glutatarate et succinate de diméthyle.
  • Gamma-butyrolactone: c’est un nouveau co-solvant, moins volatil.
  • Alcool benzylique:
    • Alcool aromatique de synthèse qui remplacer le dichlorométhane dans les décapants à peinture.
    • Il est utilisé au Canada.
    • En effet, le Canada a obligé les entreprises à réduire de 80 % les rejets atmosphériques de dichlorométhane, au 1 décembre 2007, compte tenu de la toxicité du dichlorométhane, DCM, sur l’environnement.
    • Des entreprises canadiennes ont adopté des décapants à base d’alcool butylique.
    • Peu de données existent sur l’exposition professionnelle à l’alcool butylique.
    • Cet alcool est peu toxique: ni cancérogène, ni mutagène, ni toxique pour la reproduction.
    • Faiblement irritant, faible sensibilisant pour la peau.
    • Il exerce un effet lacrymogène.
    • L’American Industrial Hygiene Association, AHIA, propose une valeur limite d’exposition professionnelle de 10 ppm sur 8 heures pour l’alcool benzylique.
    • Il faut porter des gants, des lunettes, utiliser une ventilation en cas de pulvérisation ou d echauffage du produit.
  • Lactate d’éthyle
    • Il est utilisé au Canada.
    • C’est un ester hydroxylé fabriqué à partir d’acide lactique issu d’amidon de maïs.
    • Il est employé comme aromatisant dans l’industrie alimentaire.
    • En mélange avec d’autres solvants, le Lactate d’Ethyle, LE, peut être employé dans le décapage de peinture, en remplacement du dichlorométhane.
    • Le lactate d’éthyle est susceptible de remplacer divers solvants traditionnels comme les solvants chlorés, les coupes pétrolières, et la méthyléthylcétone pour dégraisser des surfaces métalliques.
    • Des métaux légers pourraient être attaqués par l’acide lactique présents dans le lactate d’éthyl en cas de contact prolongé.
    • L’odeur désagréable de ce lactate d’éthyle pourrait être un frein à son utilisation.

Décapage mécanique

Le décapage mécanique résulte du frottement de la pièce à décaper avec un abrasif:

  • Grenaille métallique.
  • Billes de verre.
  • Abrasifs végétaux, etc

 

Décapage thermique

Le décapage thermique n’est pas utilisable pour le bois.
Immersion de la pièce dans du sable chaud à 400° dans un four à pyrolyse.
Le coût de fonctionnement est plus élevé que pour le décapage chimique

Décapage cryogénique

C’est une nouvelle technique qui utilise le froid.

Procédé très couteux

Le décapage cryogénique peut s’utiliser sur tous types de surface:
par pulvérisation, au moyen d’une lance, de micro-pellets de glace carbonique.
La différence de température entre la pièce et la glace carbonique décape.
On peut même chauffer la pièce pour augmenter la différence de température, on augmente ainsi l’efficacité du décapage.

Tableaux des maladies professionnelles associés :

  Tableau n°12 RG: Affections professionnelles provoquées par les hydrocarbures aliphatiques halogénés énumérés ci-après : dichlorométhane ; trichlorométhane ; tribromométhane ; triiodométhane ; tétrabr (77,3 KiB, 6 796 hits)




Vous pouvez lire également les articles suivants :


Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire