Intoxication aigue mortelle au chlorure de méthylène

Le secteur professionnel du décapage de peinture est à risque majeur vis à vis du dichlorométhane. Le risque toxique aigu est inacceptable. La cagoule à adduction d’air est indispensable pour la santé et la sécurité des opérateurs.

Mélange de décapants utilisé
Aspect clinique de l’intoxication au dichlorométhane
Similitudes entre les différentes observations de décès par chlorure de méthylène
Mesures de concentration à proximité des cuves
Prévenir l’intoxication mortelle au dichlorométhane

 

Mélange de décapants utilisé

Le mélange de décapants utilisé pour enlever les peintures sur des pièces en bois ou métal, comporte toujours la même composition:

  • 81% de Dichlorométhane, chlorure de méthylène: DCM.
  • 9% de méthanol: c’est un cosolvant.
  • Potasse: pour renforcer le pouvoir décapant.
  • Paraffine: censée limiter l’évaporation du solvant.

 

Aspect clinique de l’intoxication au dichlorométhane

‘intoxication au chlorure de méthylène provoque toujours le même tableau:

  • Un coma profond (glasgow 3).
  • Avec mydriase bilatérale.
  • Hypothermie à 32, en raison de l’absence de fonctionnement des centres de thermorégulation.
  • Brûlure au 3ème degré, en raison du corps en contact avec le dichlorométhane.
  • Acidose métabolique, elle est toujours présente qui témoigne d’une souffrance majeure.
  • Dès le lendemain de l’accident, dans toutes les observations, l’EEG, électroencéphalogramme est plat.
  • A l’autopsie, rien de spécifique n’est jamais retrouvé.

Le décès provient bien du chlorure de méthylène, les taux sanguin de DCM sont aux environ de 40 mg/l dans tous les cas publiés.

Similitudes entre les différentes observations de décès par chlorure de méthylène

  • L’accident survient l’hiver.
  • Travail sur un fond de cuve.
  • Absence d’équipement de protection individuelle.

Selon le Dr Testud, Centre Anti Poison de Lyon, qui a beaucoup travaillé sur ces intoxications mortelles provoquées par le dichlorométhane:

  • Rôle majeur de la «fin de bain» dans ces activités de décapage de bois et métal.
  • Présences de boues et résidus de peinture au fond de la cuve:
    • Elles vont avoir tendance à adhérer sur les pièces à décaper:
    • La personne qui travaille au décapage aura tendance à vouloir les nettoyer, à se pencher davantage au dessus de la cuve.
  • Faible niveau de liquide dans la cuve:
    • La personne aura tendance à se pencher davantage au dessus de la cuve.
  • La personne va agiter davantage le bain,en cas de difficultés imprévues:
    • Par exemple si la pièce à décaper est difficile à retirer de la cuve.
    • Cette agitation du bain va entraîner un dégagement massif de vapeurs de dichlorométhane présentes au fond de la cuve où la concentration est maximum.

Inhalation de quelques bouffées d’air au dessus de la cuve:

  • Perte de connaissance dès la 5ème bouffée.
  • Dès la 6ème bouffée: inhalation de concentration avoisinant 30 000 ppm.

Sans équipement de protection individuelle, quelques inspirations suffisent à provoquer une perte de connaissance brutale. Le retrait est impossible, très vite, la narcose, puis l’anoxie entraînent un arrêt cardio-respiratoire. La cagoule à adduction d’air est le seul équipement de protection individuelle efficace.

Dans ces cas publiés d’intoxications mortelles au chlorure de méthylène:
la personne travaille toujours avec un fond de cuve.
par conséquent le niveau de solvant est assez bas,
et il y a de nombreux résidus de peinture, puisque le bain a déjà été largement utilisé pour décaper d’autres pièces.

Mesures de concentration à proximité des cuves

  • A 3 m de la cuve: 192 ppm.
  • A 10 cm au dessus de la cuve : 477 ppm.
  • Dans la cuve, à 13 cm du rebord: 12 060 ppm.

Ces mesures sont sans doute faussement diminuées car les systèmes de mesure utilisés ne sont pas faits pour mesurer de tels niveaux de concentration.

Dichlorométhane = chlorure de méthylène:
VME= 50 ppm
VLE = 100 ppm

Prévenir l’intoxication mortelle au dichlorométhane

La cagoule à adduction d’air est indispensable pour la santé et la sécurité des opérateurs.

Le masque à cartouche est très rapidement inefficace compte tenu des concentrations de 20 000 à 30 000 ppm qui sont observées:
En effet les cartouches sont très rapidement saturées.

La recherche de produits de substitution au dichlorométhane pour le décapage de bois et métaux, d’autres process de travail demeure une priorité pour prévenir ces intoxications mortelles.

Tableaux des maladies professionnelles associés :

  Tableau n°12 RG: Affections professionnelles provoquées par les hydrocarbures aliphatiques halogénés énumérés ci-après : dichlorométhane ; trichlorométhane ; tribromométhane ; triiodométhane ; tétrabr (77,3 KiB, 6 796 hits)




Vous pouvez lire également les articles suivants :


Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire