Vaccins

Vaccination anti-Covid en France

La vaccination anti-Covid est ouverte à tous les adultes ainsi qu’aux adolescents de 12 à 17 ans. Elle est rendue obligatoire pour certaines professions depuis le 15 septembre 2021. Depuis le mois de septembre, une injection de rappel a été proposée aux personnes qui ont été vaccinées en premier, la Haute Autorité de Santé liste les personnes pour lesquelles une dose de rappel est conseillée. 4 vaccins sont disponibles en France pour réaliser la vaccination anti-Covid. Le vaccin de Moderna Spikevax semble plus efficace mais la HAS dans son avis de novembre 2021 recommande de ne plus l’administrer aux moins de 30 ans compte tenu de la suspicion du risque augmenté de myocardite et la dose de rappel avec ce vaccin doit être une demi-dose.

Vaccination anti-Covi obligatoire pour certaines professions 
Quel vaccin administrer en fonction de l’âge ? 
Vaccins disponibles pour la vaccination anti-Covid en France
Contre-indications médicales qui font obstacle à la vaccination anti-Covid
Quelle stratégie de vaccination anti-Covid pour les personnes qui ont déjà présenté la maladie Covid-19 ?
Quelles personnes adresser à un allergologue avant la vaccination anti-Covid ?
Quelles personnes doivent recevoir un dose de rappel de vaccin anti-Covid , une 3ème dose, quel vaccin administrer  ? 
Comment prendre un rendez-vous pour recevoir la vaccination anti-Covid ? 

 

Vaccination anti-Covid obligatoire dans certaines professions 

La loi du 5 août 2021 rend la vaccination anti-Covid obligatoire pour toutes les personnes qui travaillent au contact de personnes fragiles.

La liste exhaustive est consultable dans le texte de la loi du 5 août 2021.

En résumé : personnes soumises à l’obligation vaccinale au 15 septembre sont les professionnels ci-dessous :

  • tous les personnels (y compris administratifs) des établissements de santé, des établissements médico-sociaux (EHPAD, USLD, résidences autonomie, structures handicap avec ou sans hébergement et y compris non médicalisées), des établissements sociaux rattachés à un établissement de santé (LHSS, LAM, CSAPA, CAARUD, CLAT, CEGGID) ;
    les aides à domicile intervenant auprès des personnes touchant l’APA ou la PCH, dans le cadre de services à domicile ou en tant que salariés des particuliers employeurs ;
  • les personnels des entreprises de transport sanitaire (y compris taxis conventionnés) ;
  • toutes professions du livre IV du Code de Santé publique, conventionnées ou non, et professions à usage de titres, ainsi que leurs salariés (secrétaires médicales, assistants dentaires) ;
  • tous les étudiants en santé ;
  • les SDIS-Pompiers (professionnels et volontaires) ;
  • les personnels des services de santé au travail.

Les personnels non vaccinés auront jusqu’au 15 septembre 2021 pour le faire, voire jusqu’au 15 octobre 2021 s’ils ont déjà reçu une première dose de vaccin. Un certificat de statut vaccinal leur sera délivré.

A compter du 15 septembre 2021, des contrôles seront opérés et des sanctions prises le cas échéant. À défaut d’avoir été vaccinés dans les temps, les salariés et les agents publics pourront être suspendus, sans salaire.

Les personnes justifiant d’une contre-indication à la vaccination seront exemptées de l’obligation vaccinale.
Afin de faciliter la vaccination, les salariés et les agents publics bénéficieront d’une autorisation d’absence pour se rendre aux rendez-vous vaccinaux. Leur employeur pourra aussi leur accorder une autorisation pour accompagner leurs enfants mineurs à la vaccination

  Quel vaccin administrer en fonction de l’âge  ?

Dans son avis du 2 février 2020, la HAS recommande les vaccins à ARN messager, ARNm,

Comirnaty® de Pfizer et Spikevax®  de  Moderna®,

  • Aux personnes âgées de plus de 75 ans,
    en commençant par les personnes les plus âgées et/ou celles présentant une ou plusieurs comorbidité(s) ;
  • Puis aux personnes de 65-74 ans
    en commençant par celles ayant des comorbidités.

Dans son avis du 8 novembre 2021 la HAS recommande de ne pas utiliser le vaccin de Moderna : Spikevax® chez les personnes de moins de 30 ans car il semble exister un risque de myocardite 5 études en cours pour confirmer ce point).

La HAS recommande le Vaccin AstraZeneca® rebasptisé récemment VAXZEVRIA et le vaccin  COVID-19 Vaccine Janssen® (Groupe Johnson et Johnason)

  • à toutes les personnes âgées de 55 à 69 ans inclus
    qu’elles souffrent ou non de comorbidité(s) et/ou d’une pathologie à très haut risque de forme grave de Covid-19 ;
  • les personnes de 70 ans et plus.

A la suite de remontées de cas d’événements thromboemboliques de localisations inhabituelles, la HAS a recommandé de réserver VAXZEVRIA (AstraZeneca) aux personnes âgées de plus de 55 ans.

Conformément à l’avis rendu le 9 avril 2021 par la HAS, les personnes de moins de 55 ans ayant reçu une première dose du vaccin AstraZeneca sont invitées à recevoir une deuxième dose de vaccin Pfizer ou Moderna.
Cette stratégie de recourir à un schéma de vaccination en deux étapes utilisant pour la deuxième injection (boost) un vaccin relevant d’une technique différente de la première (prime) est appelée « prime-boost hétérologue »

Surveillance post-vaccinale
Le patient doit être placé sous surveillance pendant au moins 15 minutes après la vaccination afin de détecter la survenue d’une réaction anaphylactique suivant l’administration du vaccin. Les professionnels de santé doivent disposer du matériel et des produits pharmaceutiques adaptés dont de l’adrénaline injectable.

Vaccins disponibles en France pour la vaccination anti-Covid 

4 vaccins sont autorisés en France pour la vaccination anti-Covid :

  • Vaccin Pfizer/BioNtech = Comirnaty® ;
  • Vaccin Moderna : Spikevax®
  • COVID-19 Vaccine AstraZeneca® = VAXZEVRIA
  • Vaccine Janssen® (Groupe Johnson et Johnson)

Vaccin Pfizer/BioNtech = Comirnaty®

Vaccin basé sur l’ARN messager

Ce Vaccin Comirnaty®  est basé sur l’ARN messager ( ARNm) : un mRNA code pour la protéine Spike modifiée.

Ce vaccin nécessite une préparation et est stable 6 heures dans un réfrigérateur.
2 doses sont requises, à 21 jours d’intervalle.
Efficacité 95%
Conservation : le vaccin doit être stocké à – 80°

Composition du  vaccin Comirnaty® :

Principes actifs

Vaccin à ARNm contre la COVID-19 (ARN messager [ARNm] simple brin à coiffe en 5’,
Produit à l’aide d’une transcription in vitro sans cellule à partir des matrices d’ADN correspondantes, codant pour la protéine Spike
(S) virale du SARS-CoV-2.

Le produit contient de l’ARNm non réplicable modifié par des nucléosides.

Excipients du vaccin Comirnaty

  • ALC-0315 (= [(4-hydroxybutyl)azanediyl]bis(hexane-6,1-diyl)bis(2-hexyldécanoate)),
  • ALC-0159 (= [2-(polyéthylène glycol PEG)-2000]-N,N-ditétradécylacétamide,
  • DSPC (= 1,2-distéaroyl-sn-glycéro-3-phosphocholine),
  • cholesterolum,
  • kalii chloridum (corresp. potassium 0.005 mg par dose),
  • kalii dihydrogenophosphas (corresp. potassium 0.003 mg par dose),
  • natrii chloridum (corresp. sodium 0.141 mg par dose),
  • dinatrii phosphas dihydricus (corresp. sodium 0.017 mg par dose),
  • saccharum,
  • aqua ad iniectabilia ( = eau stérile destinée aux injections)
  • Quantité de sodium par dose: 0.16 mg.
  • Quantité de potassium par dose: 0.01 mg.

 

Durée de protection du vaccin Comirnaty®

Elle est en cours de détermination.

 

Administration du vaccin  Comirnaty®

Décongelation du vaccin

Le flacon multidose est conservé à l’état congelé et doit être décongelé avant d’être dilué.
Les flacons congelés doivent être transférés dans un environnement compris entre 2 °C et 8 °C pour être décongelés;
la décongélation d’un emballage de 195 flacons peut prendre 3 heures.
Les flacons congelés peuvent aussi être décongelés pendant 30 minutes à des températures allant jusqu’à 30 °C pour une utilisation
immédiate.
Laisser le flacon décongelé revenir à température ambiante et le retourner doucement 10 fois avant la dilution. Ne pas secouer.
Avant la dilution, la dispersion décongelée peut contenir des particules amorphes opaques de couleur blanche à blanc cassé.

 

Préparation du vaccin : le vaccin se présente sous la forme d’un flacon multidose et doit être dilué avant utilisation.

Le vaccin décongelé doit être dilué dans son flacon d’origine avec 1.8 ml de solution injectable de chlorure de sodium à 9 mg/ml (0.9%), en utilisant une aiguille de calibre 21 gauge ou plus étroite
Égaliser la pression du flacon avant de retirer l’aiguille du flacon en aspirant 1.8 ml d’air dans la seringue de diluant vide.
Retourner délicatement la dispersion diluée 10 fois. Ne pas secouer.
Le vaccin dilué doit se présenter sous la forme d’une dispersion de couleur blanc cassé, sans particules visibles.
Éliminer le vaccin dilué si des particules ou une décoloration sont présentes.
Après dilution, il convient d’inscrire les nouvelles date et heure de péremption sur les flacons.
Ne pas congeler ni secouer la dispersion diluée. Si elle est conservée au réfrigérateur, laisser la dispersion diluée arriver à température ambiante avant de l’utiliser.
Après dilution, le flacon contient 2.25 ml correspondant à 6 doses de 0.3 ml.

 

Prélèvement de la dose de vaccin

Prélever la dose requise de 0.3 ml de vaccin dilué en utilisant une seringue et/ou une aiguille stérile à volume mort faible.
Utiliser une aiguille stérile et une seringue distinctes pour chaque personne.
Il n’est pas nécessaire de changer d’aiguille entre le prélèvement du vaccin dans le flacon et son injection au bénéficiaire, sauf si l’aiguille a été endommagée ou contaminée.
Éliminer tout vaccin non utilisé dans les 6 heures suivant la dilution.

 

Administration d’une dose de 0,3 ml en intramusculaire

Un flacon (0.45 ml) contient 6 doses de 0.3 ml après dilution.
1 dose (0.3 ml) contient 30 microgrammes de vaccin à ARNm contre la COVID-19 (encapsulé dans des nanoparticules lipidiques)

Comirnaty® doit être administré par voie intramusculaire, de préférence à l’aide de seringues et/ou d’aiguilles à volume mort faible.( sinon  il peut s’avérer impossible d’extraire 6 doses )d’un seul flacon.
Un faible volume mort assure une perte minimale de médicament ainsi qu’une précision maximale de la dose injectée pour tout injectable de faible volume. Exemple de volume mort de 0,026 ml.
Injecter le vaccin en intra musculaire suppose de tendre la peau entre le pouce et l’index au lieu de l’injection ( et non de faire un pli cutané et injecter ensuite dans ce pli car l’ARN du vaccin ainsi administré en sous-cutané serait détruit par les adipocytes).

Chaque dose de vaccin DOIT contenir 0.3 ml de vaccin.
Si la quantité de vaccin restant dans le flacon ne permet pas de fournir une autre dose complète de 0.3 ml, il faut jeter le reste du flacon, il ne faut pas mélanger des flacons différents.

Le site d’injection privilégié pour le vaccin Cominarty® est le muscle deltoïde du bras. Ne pas injecter le vaccin par voie intravasculaire, sous-cutanée ou intradermique.

 

Indication et contre-indication du vaccin anti-COVID Comirnaty®

Comirnaty® est indiqué pour l’immunisation active afin de prévenir la COVID-19 provoquée par le virus SARSCoV-2, chez les personnes âgées de 16 ans et plus.

Le vaccin sera administré aux personnes de plus de 16 ans.

Précautions, mise en garde :

  • Hypersensibilité et anaphylaxie
    Comme pour tous les vaccins injectables, un traitement médical et une surveillance appropriés doivent
    toujours être disponibles rapidement en cas de réactions anaphylactiques rares suivant l’administration du
    vaccin.
  • Des réactions anxieuses,
    réactions vagales (syncope), hyperventilation,  réactions de stress peuvent se produire en lien avec la vaccination en tant que réponse psychogène à l’injection par une aiguille. Il est important de prendre les précautions permettant d’éviter les blessures en cas
    d’évanouissement.
  • La vaccination doit être reportée chez les personnes souffrant d’une maladie fébrile aiguë sévère ou d’une infection aiguë.
  • Thrombopénie et troubles de la coagulation
    Comme avec les autres injections intramusculaires, le vaccin doit être administré avec prudence chez les
    personnes recevant un traitement anticoagulant ou celles souffrant de thrombopénie ou de tout trouble de la
    coagulation (tel que l’hémophilie), car des hémorragies ou des contusions peuvent se produire chez ces
    personnes suite à une administration intramusculaire.
  • Personnes immunodéprimées
    L’efficacité, la sécurité et l’immunogénicité du vaccin n’ont pas été évaluées chez les personnes immunodéprimées, y compris celles qui reçoivent un traitement immunosuppresseur.
    L’efficacité de Comirnaty peut être inférieure chez les personnes immunodéprimées.
  • Grossesse et allaitement : au cas par cas évaluer le rapport bénéfice / risque de la vaccination

Effets indésirables du vaccin anti-COVID Comirnaty®

Effets indésirables très fréquents ou fréquents :

  • céphalées,
  • nausées,
  • douleurs articulaires,
  • douleurs musculaires,
  • fatigue , frissons, fièvre
    Une fréquence accrue de  fièvre a été observée après la 2eme dose
  • douleur, enflure ou rougeur au site d’injection.

Effets indésirables occasionnels:

  • malaise,
  • lymphadénopathie.

COVID-19 Vaccine de Moderna : Spikevax®

Avis de  la HAS , de novembre 2021, place du vaccin Spikevax dans la stratégie vaccinale contre le Covid

Vaccin également basé sur l’ARN messager , l’ARNm, un type de molécule messagère qui renferme le plan de fabrication des protéines.
Elle transmet aux cellules de notre organisme l’information nécessaire à la fabrication d’une protéine virale.
Le système immunitaire identifie alors cette dernière comme un antigène, puis réagit en fabriquant des anticorps.
Cette réponse immunitaire permet au corps de se préparer à combattre le virus.

2 doses sont requises, le vaccin peut être injecté sans dilution.
pour la 3ème dose seule une demi-dose de vaccin est administrée ( alors que c’est une dose entière pour les premières doses) : demi-dose pour le rappel (50 µg). Avis de la HAS du 8 novembre 2021.

Durée de protection du vaccin : les anticorps neutralisants sont encore présents 3 mois après la 2ème injection

Efficacité 94%

Conservation :  le vaccin doit être entreposé à -20 degrés et peut être conservé entre 2 et 8 degrés pendant un mois avant l’injection, donc utilisation plus facile que le vaccin Pfizer.

Des risques de myocardite sont décrits chez les personnes de moins de 30 ans avec le vaccin de Moderna, Spikevax, par conséquent il ne doit plus être administré aux personnes de moins de 30 ans tant que des les résultats d’études complémentaires n’ont pas été publiés. ( Avis de la HAS du 8 novembre 2021).

COVID-19 Vaccine AstraZeneca® = VAXZEVRIA

Vaccin de AstraZeneca : basé sur un vecteur viral vivant non réplicatif

Ce vaccin est basé sur un vecteur viral (adénovirus chimpanzé), vecteur viral vivant non réplicatif
On utilise les vecteurs pour transporter dans une cellule le matériel génétique d’un autre virus contre lequel on crée ainsi un vaccin.

On utilise un un vecteur dérivé d’un adénovirus de chimpanzé et non dérivé d’un adénovirus humain : ainsi aucun être humain n’y est séropositif, au contraire des vecteurs dérivés d’adénovirus humain. Ce vecteur  ChAdOx1 nCoV-19 exprime la protéine Spike. C’est le gène qui  code pour cette protéine S qui forme la pointe du coronavirus qui est intégré dans le vecteur adénoviral. L’élément intégré est sans danger pour l’organisme humain mais il fait réagir son système immunitaire et produire des anticorps qui  protègent de l’infection

Le vecteur est un virus dépourvu de gène de reproduction, il ne présente donc aucun danger d’infection pour l’organisme.

 

Excipients du COVID-19 Vaccine AstraZeneca®

  • L-Histidine
  • Chlorhydrate de L-histidine monohydraté
  • Chlorure de magnésium hexahydraté
  • Polysorbate 80
  • Éthanol (2 mg dans une dose)
  • Sucrose (synonyme : saccharose)
  • Chlorure de sodium
  • Édétate de disodium dihydraté
  • Eau pour préparation injectable

Conservation du vaccin COVID-19 Vaccine AstraZeneca®

Ce vaccin AZD1222 AstraZeneca® peut être conservé dans des conditions normales de réfrigération, soit entre 2 et 8°C pendant au moins 6 mois.

Administration du vaccin

2 doses sont requises : la HAS recommande de privilégier un intervalle de 9 à 12 semaines entre les deux doses.

La HAS recommande le Vaccin AstraZeneca® rebasptisé récemment VAXZEVRIA à toutes les personnes âgées de 55 à 69 ans inclus.

Conformément à l’avis rendu le 9 avril 2021 par la HAS, les personnes de moins de 55 ans ayant reçu une première dose du vaccin AstraZeneca sont invitées à recevoir une deuxième dose de vaccin Pfizer ou Moderna.
Cette stratégie de recourir à un schéma de vaccination en deux étapes utilisant pour la deuxième injection (boost) un vaccin relevant d’une technique différente de la première (prime) est appelée « prime-boost hétérologue »

COVID-19  : Vaccine Janssen® (Groupe Johnson et Johnson)

La HAS a admis ce vaccin Janssen en mars 2021. Schéma vaccinal à une seule dose pour ce vaccin Janssen.
Il s’agit d’un vaccin à vecteur viral modifié ( adénovirus humain modifié)  afin de l’empêcher de se répliquer. .

Le vaccin de Janssen est disponible en flacon multidoses prêt à l’emploi, il n’a ainsi pas besoin d’être reconstitué.
Chaque flacon permet d’administrer 5 doses de 0,5 ml, soit un volume total de 2,5 ml.
L’administration se fait par voie intramusculaire, de préférence dans le muscle deltoïde au niveau de la partie supérieure du bras.

Ce vaccin bénéficie de conditions de conservation et de stockage qui en facilitent l’usage : le flacon se conserve fermé jusqu’à 3 mois et 6 heures après ouverture dans un réfrigérateur classique (entre 2 à 8°C).

Dans son avis, la HAS recommande l’utilisation du vaccin de Janssen chez les personnes de plus de 18 ans, y compris chez les personnes âgées de plus de 65 ans et/ou ayant des comorbidités.

 

Contre-indications médicales qui font obstacle à la vaccination 

Le décret du 7 août 2021 liste les contre-indications au vaccin :

1° Les contre-indications inscrites dans le résumé des caractéristiques du produit (RCP) :

  • antécédent d’allergie documentée (avis allergologue)
    à un des composants du vaccin en particulier polyéthylène-glycols et par risque d’allergie croisée aux polysorbates ;
  • réaction anaphylaxique au moins de grade 2 (atteinte au moins de 2 organes)
    à une première injection d’un vaccin contre le COVID posée après expertise allergologique ;
  • personnes ayant déjà présenté des épisodes de syndrome de fuite capillaire
    (contre-indication commune au vaccin Vaxzevria et au vaccin Janssen)

2° Une recommandation médicale de ne pas initier une vaccination (première dose) :

  • syndrome inflammatoire multi systémique pédiatrique (PIMS) post-covid-19.

3° Une recommandation établie après concertation médicale pluridisciplinaire de ne pas effectuer la seconde dose de vaccin suite à la survenue d’un effet indésirable d’intensité sévère ou grave attribué à la première dose de vaccin signalé au système de pharmacovigilance (par exemple : la survenue de myocardite, de syndrome de Guillain-Barré …).

 

Il existe des contre-indications temporaires à la vaccination anti-Covid :

  • Traitement par anticorps monoclonaux anti-SARS-CoV-2.
  • Myocardites ou péricardites survenues antérieurement à la vaccination et toujours évolutives.

Comment procéder en cas de contre-indication à la vaccination anti-Covid ? : lire notre article consacré à ce sujet.

Quelle stratégie de vaccination anti-Covid pour les personnes qui ont déjà présenté la maladie Covid-19 ?

La HAS, Haute Autorité de Santé a rendu un avis le 12 février 2021

Les personnes qui ont présenté la COVID 19  prouvée par une PCR ou un test antigénique doivent être considérées comme protégées pendant au moins 3 mois, mais plus probablement 6 mois, contre l’infection par le SARS-CoV-2 par l’immunité post-infectieuse.
Il est donc recommandé de réaliser leur vaccination au-delà de ce délai de 3 mois après l’infection, de préférence avec un délai proche de 6 mois .
Il faut vacciner en priorité les personnes à risque de forme grave.
En cas de symptômes prolongés après Covid-19, une consultation médicale adaptée est nécessaire avant la vaccination pour juger au cas par cas de l’intérêt de celle-ci.

On réalise une seule dose de vaccin aux personnes ayant déjà été infectées par le SARS-CoV-2, car elles ont déjà élaboré à l’occasion de l’infection une mémoire immunitaire. La dose unique de vaccin jouera ainsi un rôle de rappel.

Les personnes présentant une immunodépression avérée
(en particulier recevant un traitement immunosuppresseur) doivent, après un délai de 3 mois après le début de l’infection par le SARS-CoV-2, être vaccinées par le schéma à 2 doses.

Les personnes présentant une infection par le SARS-CoV-2 avec PCR positive après la 1ère dose de vaccin
et qui n’ont pas encore reçu la 2ème dose, ne devront recevoir cette 2ème dose qu’entre 3 à 6 mois après l’infection. 

Les personnes récemment en contact avec un cas confirmé de Covid-19 doivent se faire tester pour confirmer ou infirmer une infection active avant d’envisager une vaccination. Si elles ont une infection confirmée, on attendra entre 3 à 6 mois avant de réaliser la vaccination anti-Covid.

Test sérologique rapide avant la vaccination anti-Covid

Un test sérologique rapide ( TROD) permet de savoir si une personne a déjà été infectée par le SARS-Cov 2 et donc de réaliser 1 seule dose de vaccin.

La HAS, Haute Autorité de Santé recommande d’utiliser des tests  qui ciblent la protéine virale S ou les protéines virales S et N.
La protéine de la nucléocapside est la protéine N, tandis que la protéine spike est la protéine S.
On observe une meilleure persistance des anticorps anti-S comparativement aux anticorps anti-N.
Et si l’on ne recherche que les anti-N, on risque d’obtenir un résultat faussement négatif ( on concluera à tort que la personne n’a pas contracté une infection par le SARS-CoV 2.

 

Quelles personnes adresser à un allergologue avant la vaccination anti-Covid ? 

Le polyéthylène glycol, communément appelé PEG, a été identifié comme étant le composant le plus susceptible d’être allergène dans les vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna contre la COVID-19, bien qu’on ne sache pas encore si le composant PEG de ces vaccins est à l’origine des réactions signalées à ce jour.

Quand adresser à l’allergologue ?

Les patients ayant une allergie respiratoire, cutanée ou alimentaire, y compris sévère – la grande majorité des patients allergiques – peuvent se faire vacciner sans consulter leur allergologue au préalable.
La fréquence de ces réactions allergiques est très faible, environ 1/100 000.

Mais un patient qui a déjà présenté une réaction allergique sévère à un médicament injectable, un autre vaccin, ou à un médicament non identifié doit consulter un allergologue.
L’allergologue effectuera un bilan pour confirmer ou infirmer une éventuelle allergie au polyéthylène glycol (PEG) et/ou polysorbate, deux excipients potentiellement allergènes présents dans les vaccins à ARN de Pfizer et Moderna et dans le vaccin de AstraZeneca.

Pour les patients dont l’allergie au PEG ou au polysorbate est avérée:

  • il faudra soit attendre l’arrivée de vaccins sans PEG/polysorbate dans les prochains mois,
  • ou réaliser une vaccination selon un protocole d’induction de tolérance ( administration du vaccin à doses progressives)

 

Quelles personnes doivent recevoir un dose de rappel de vaccin anti-Covid , une 3ème dose, quel vaccin administrer  ?  

Qui est concerné par la 3ème dose de rappel ?

Dans son avis du 5 octobre 2021 et son avis du 8 novembre 2021 la HAS explique qu’il n’est pas d’actualité d’envisager un rappel de vaccin anti-Covid en population générale mais les personnes suivantes doivent recevoir une dose de rappel :

  • les résidents des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Éhpad) et des unités de soins de longue durée (USLD) ;
  • les personnes de 65 ans et plus vivant à domicile (avec une priorité pour les personnes de plus de 80 ans) ;
  • les personnes à très haut risque de forme grave ;
  • les personnes présentant des comorbidités qui augmentent le risque de formes graves de Covid-19 ;
  • les personnes sévèrement immunodéprimées (qui ont déjà reçu trois doses et en recevront une quatrième indique la HAS) ;
  • les personnes ayant reçu le vaccin Janssen. Une dose de rappel avec un vaccin à ARNm (Pfizer) est recommandée à partir de 4 semaines après la 1re injection.
  • les professionnels de santé, l’ensemble des salariés du secteur de la santé et du secteur médico-social, les aides à domicile intervenant auprès de personnes vulnérables, les professionnels du transport sanitaire et les pompiers, quel que soit leur âge ;
  • les proches (de plus de 18 ans) de personnes immunodéprimées ( stratégie cocooning).

Quand administrer la dose de rappel de vaccin anti-Covid ?

La dose de rappel de vaccin anti-Covid doit être administrée 6 mois après la dernière injection de vaccin ou bien au bout de 4 semaines si la personne a reçu en primo vaccination la dose unique de vaccin  Janssen

Quel vaccin est administré pour la dose de rappel  ?

Seuls les vaccins à ARN m sont utilisés pour la dose de rappel :

  • soit Comirnaty de Pfizer : une dose entière
  • soit Spikevax de Moderna : une demi-dose

Nouveau QR code après l’injection de rappel

L’injection d’une dose de rappel génère un nouveau QR code qui n’efface pas l’ancien.
Les deux peuvent être stockés sur l’application TousAntiCovid ou imprimés sur papier, et servir tous deux de passe sanitaire.

La 3ème dose de vaccin anti-Covid et le vaccin contre la grippe peuvent être administrés le même jour

La Haute Autorité de santé a rendu cet avis le 27 septembre 2021

 

Comment prendre un rendez-vous pour recevoir la vaccination anti-Covid ?

Se rendre sur le site sante.fr  pour trouver un centre de vaccination proche de son domicile.

Les vaccinations réalisées sont impérativement enregistrées sur le système de télé-service Vaccin Covid accessible via AmeliPro .

Vous pouvez lire également les articles suivants :

Sites Internet conseillés :

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire