Maladie de Parkinson et exposition professionnelle aux pesticides

Récemment, une étude de cohorte américaine portant sur plus de 140 000 personnes a confirmé l’association entre la maladie de Parkinson et l’exposition aux pesticides.

3 hypothèses pour expliquer cette relation entre maladie de Parkinson et exposition aux pesticides
Maladie de Parkinson
Maladie de Parkinson et neurotoxicité des pesticides
Maladie professionnelle
D’autres études sont nécessaires

La France est le premier pays utilisateur de pesticides en Europe, et le troisième dans le monde.
L’hypothèse d’une relation entre la maladie de Parkinson et les pesticides est explorée depuis le début des années 1980 par les scientifiques.

Principaux effets neurologiques chroniques étudiés pour les pesticides

  • Les neuropathies périphériques.
  • Les troubles neurodégénératifs, tels que la maladie de Parkinson.
  • Les troubles neurocomportementaux.

Dans cette étude américaine: Cancer Prevention Study II Nutrition Cohort: La maladie de Parkinson était 1,7 fois plus élevée chez les sujets exposés aux pesticides que chez les personnes non exposées.

 

 

3 hypothèses pour expliquer cette relation entre maladie de Parkinson et exposition aux pesticides

  • Il existe des propriétés neurotoxiques de certains pesticides.
    En effet, pour certains pesticides, la neurotoxicité est le mécanisme même de leur mode d’action:
    inhibition de l’activité anticholinestérasique.
  • De nombreux pesticides ont un rôle inducteur ou inhibiteur de systèmes enzymatiques de détoxification des xénobiotiques et pourraient de ce fait perturber les métabolismes de neurotoxines endogènes ou exogènes.
  • Il pourrait s’agir d’un facteur de confusion, d’autres facteurs de l’environnement rural pourraient être impliqués.

Maladie de Parkinson

  • Après la maladie d’Alzheimer, c’est la plus fréquente des maladies neurodégénératives.
  • La maladie de Parkinson est environ 1,5 fois plus fréquente chez les hommes que chez les femmes.
  • Sa prévalence est comprise entre 100 et 200 pour 100 000 habitants. Elle augmente avec l’âge.
  • Il n’existe pas de traitement curatif de la maladie de Parkinson, seuls des traitements symptomatiques sont disponibles: médicaments, chirurgie.
  • La maladie de Parkinson est considérée comme étant d’origine multifactorielle, faisant intervenir des facteurs environnementaux et une susceptibilité génétique.

Maladie de Parkinson et neurotoxicité des pesticides

L’acétylcholine et la dopamine sont des neurotransmetteurs qui permettent le passage de l’information entre les cellules nerveuses.

Le contrôle du mouvement résulte d’une balance fine entre les quantités de dopamine et d’acétylcholine. Lorsque cet équilibre est rompu, apparaissent des tremblements, de la rigidité, une perte de coordination.

  • Au cours de la maladie de Parkinson, on observe une destruction des neurones de la substance noire qui produisent normalement la dopamine. Il en résulte un déficit en dopamineet donc un déséquilibre entre les quantités de dopamine et d’acétylcholine, d’où l’apparition de tremblements, rigidité, perte de coordination.
  • Les produits phytosanitaires peuvent également entraîner un déséquilibre entre les quantités dedopamine et d’acétylcholine dans l’organisme, grâce à leur activité antichlolinestérasique.
    En effet, certains pesticides inhibent l’activité de l’enzyme anticholinestérase:
    La neurotoxicité est en effet le mécanisme même de l’action de nombreux produits phytosanitaires.
    L’acétylcholinestérase est un enzyme normalement présent chez l’homme qui entraîne la destruction de l’acétylcholine, évitant ainsi une action excessive de celle ci.
    L’inhibition de cet enzyme acétylcholinestérase provoque un déséquilibre entre les quantités de dopamine et d’acétylcholine.
    Dans le cadre d‘intoxication aigue chez des personnes exposées à des doses importantes de pesticides, on observe cette neurotoxicité:
  • Les organophosphorés, les carbamates, les anciens organochlorés: DDT,…peuvent provoquer des convulsions épileptiformes.
  • Les pyréthrinoïdes peuvent provoquer des paresthésies, des convulsions à dose massive
  • Les dérivés de l’urée peuvent être à l’origine de troubles neurologiques centraux.

Maladie professionnelle

La Mutualité Sociale Agricole ne reconnaît pas la maladie de Parkinson comme maladie professionnelle,  la maladie de Parkinson n’est pas inscrite dans un tableau.

Néanmoins, en 2006, un salarié d’une grande exploitation agricole a obtenu une reconnaissance en maladie professionnelle pour sa maladie de Parkinson.
par le Comité Régional de Reconnaissance des Maladies Professionnelles de Clermont Ferrand, CRRMP.

Cet homme avait contracté cette maladie en 1998, il avait alors 44 ans.
Il manipulait des quantités importantes de produits phytosanitaires dans le cadre de son travail.

Déclaration et reconnaissance des maladies professionnelles en agriculture

D’autres études sont nécessaires

Les études réalisées ont montré de manière constante une association modérée de la maladie de Parkinson avec l’exposition aux pesticides.
Ces études n’ont pas permis de mettre en évidence le rôle d’une catégorie de produit phytosanitaire.
Néanmoins, la relation serait plus forte pour les herbicides et insecticides.

D’autres études épidémiologiques et toxicologiques sont encore nécessaires pour mieux comprendre cette relation entre la maladie de Parkinson et l’exposition aux pesticides et les mécanismes qui interviennent pour détruire les neurones.

 Vous pouvez lire également les articles suivants :


Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire