Cancers en Europe : 4 à 8,5% seraient d’origine professionnelle

Selon le CIRC, Centre international de recherche sur le cancer, il y a eu 2,4 millions de nouveaux cas de cancers en 2006 parmi les 450 millions d’habitants de l’Europe des 27. Dans le cadre de leur activité professionnelle, certains européens sont exposés à une ou plusieurs des 422 substances actuellement identifiées comme cancérogènes certaines ou possibles pour l’homme. Les résultats d’une étude conduite par Eurogip pour l’Europe ont été publiés récemment.

Etude conduite par Eurogip
Classification des substances cancérogènes
Principaux agents cancérogènes en fonction des secteurs d’activité professionnelle
Cancers susceptibles d’être reconnus au titre des listes nationales de maladies professionnelles.

 

Etude conduite par Eurogip

Eurogip, chargée de comprendre les risques en Europe, publie les résultats d’une nouvelle étude qui présente les données relatives à 14 pays, sur la possibilité de reconnaître le caractère professionnel des cancers.
Rapport Eurogip

Des données sur l’ensemble des cancers au niveau de l’Europe sont disponibles sur le site de l’observatoire européen des cancers.

Classification des substances cancérogènes

Il existe 2 classifications pour les agents cancérogènes

 

Principaux agents cancérogènes en fonction des secteurs d’activité professionnelle

Des travaux antérieurs ont proposé des listes de cancérogènes suivant le secteur d’activité professionnelle
Le rapport Eurogip présente les cancérogènes chimiques, physiques et biologiques suivant les secteurs d’activité professionnelle.

Agents chimiques cancérogènes

  • Amiante
    • Tous les métiers dans le bâtiment, l’industrie et les services
    • L’ouvrier d’entretien, le maçon fumiste dans l’industrie qui met en jeu des hautes températures.
    • Le terrassier, le maçon, l’ouvrier de revêtement routier dans les travaux publics.
  • Arsenic
    • L’ouvrier de fabrication dans le secteur des semi-conducteurs.
    • Le métallurgiste, le travailleur des aciéries dans le secteur du raffinage, la métallurgie et la fonderie des métaux non ferreux.
  • Benzène
    • Le conducteur, l’ouvrier d’entretien en raffinerie.
    • Le mécanicien dans les garages.
    • Le citerniste qui assure le transport de carburant.
  • Béryllium
    • Le prothésiste en laboratoire de prothèse dentaire.
    • L’ouvrier fondeur en fonderie d’alliage cuivre-béryllium.
    • L’ajusteur, le monteur, l’ouvrier de fabrication lors de l’usinage et du soudage d’alliages, cuivre-béryllium ou aluminium-béryllium.
  • Brais et goudron de houille
    • Ouvrier de travaux routiers dans les travaux publics.
    • Ouvrier de production dans l’industrie de l’aluminium.
  • Brouillards d’acides minéraux forts contenant de l’acide sulfurique
    • Ouvrier de production dans la chimie, la production d’engrais et le traitement de surface.
  • 1-3 Butadiène
    • Conducteur d’installation en pétrochimie.
  • Cadmium
    • Conducteur d’installation, conducteur de four dans la récupération des batteries et piles.
    • Ouvrier du raffinage dans le secteur du raffinage zinc, plomb, cuivre.
  • Chrome hexavalent ( composés)
    • Soudeur inox en construction métallique.
    • Chaudronnier-métallier en chaudronnerie.
    • Peintre, décapeur dans le BTP.
  • Cobalt
    • Affûteur dans l’affutage d’outillage au carbure.
  • Fibres céramiques réfractaires
    • Ouvrier d’entretien, travail du verre, fondeur, vitrailliste, dans l’industrie mettant en jeu des grandes températures.
    • Fumiste dans la fumisterie, la fabrication des fours.
  • Formaldéhyde
    • Conducteur de presse, ouvrier de fabrication lors de l’utilisation de résines urée-formol, phénol et mélanine-formol.
    • Conducteur de presse dans la transformation de matières premières, moulage par injection, fabrication de stratifiés, moulages par injection, autres procédés de fabrication à partir de résines phénoliques ou aminées.
  • Huiles minérales usagées ou peu raffinées
    • Ouvrier sur machine-outil, opérateur sur chaîne d’emboutissage.
    • Industrie du caoutchouc, opérateur des mélanges.
    • Coffreur dans le bâtiment et les travaux publics.
    • Mécanicien dans les garages.
  • Hydrocarbures aromatiques polycycliques
    • Ouvrier de revêtement en travaux routiers dans le secteur des travaux publics.
    • Ouvrier de production dans l’industrie de l’aluminium.
    • Ouvrier sur machine-outil, opérateur sur chaîne d’emboutissage.
    • Industrie du caoutchouc, opérateur des mélanges.
    • Coffreur dans le bâtiment et les travaux publics.
    • Mécanicien dans les garages.
  • Emissions de moteurs diesel
    • Garagiste, agent de parcs de stationnement, de chargement de ferries, péagiste;
    • Garagiste, technicien dans un garage, un centre de contrôle technique.
    • Conducteur d’engin, ou autre ouvrier travaillant sur le chantier, lors de travaux en tunnels ou souterrains.
  • Nickel, certains composés
    • Soudeur inox dans la construction métallique.
    • Chaudronnier-métallier dans la chaudronnerie.
  • Nitrosamines
    • Opérateur à la vulcanisation, au conditionnement dans l’industrie du caoutchouc.
    • Conducteur de machine-outi dans le travail et l’usinage des métaux.
  • Noir de carbone
    • Opérateur assurant le chargement et les mélanges dans l’industrie du caoutchouc, la chimie.
  • Oxyde d’éthylène
    • Opérateur de désinfection, stérilisation dans le secteur de l’agroalimentaire et la santé.
  • Plomb
    • Peintre, ouvrier d’entretien dans le décapage de pièces métalliques ou en bois.
    • Démolisseur dans l’oxycoupage de charpentes métalliques, tuyauteries.
    • Peintre, ouvrier d’entretien dans la rénovation de bâtiments.
    • Vitrailliste dans la réalisation ou restauration de vitraux.
  • Poussières de bois
    • Menuisier, ébéniste, charpentier dans le secteur de la menuiserie, l’ébénisterie, la charpente, la scierie.
  • Silice cristalline
    • Tailleur de pierre, conducteur d’installation, ouvrier d’entretien dans une carrière, une sablière.
    • Décocheur, meuleur dans une fonderie.
    • Prothésiste dentaire, technicien, ouvrier dans l’industrie de la céramique.
    • Maçon-fumiste dans les métiers du BTP ( ponçage et sciage du béton, du carrelage).

Agents physiques cancérogènes

Rayonnements ionisants

  • Dans l’industrie nucléaire, utilisation de sources radioactives : extraction fabrication, utilisation et retraitement du combustible, stockage et traitement des déchets.
  • Dans le secteur médical :
    radiothérapie, radiodiagnostic, médecine nucléaire

Ils peuvent provoquer des cancers broncho-pulmonaires, des sarcomes osseux, des leucémies.

Rayonnements non ionisants : champs électromagnétiques et rayonnements optiques

Champs électromagnétiques : secteur des télécommunications, production d’énergie électrique et sa distribution, industrie sidérurgique et travail des métaux, industrie électronique, secteurs scientifiques et médical, tout secteur qui utilise des installations électriques.
Les champs électromagnétiques basse fréquence sont classés catégorie 2B, c’est à dire possiblement cancérogènes pour l’homme par le CIRC.

Rayonnements optiques :
Ce sont les rayonnements UV qui présentent des effets cancérogènes sur la peau en cas d’exposition à forte dose.
Travail de plein air ( agriculteurs, paysagistes, travailleurs du bâtiment et des Travaux publics, personnels des stations balnéaires, stations de ski, etc)
et travailleurs exposés à des sources artificielles ( soudeurs à l’arc électrique, imprimeurs, chaudronniers, opérateurs de certains procédés utilisant des UV, etc).

Agents biologiques cancérogènes

On les rencontre surtout dans le secteur de la santé, dans celui du tri et de la collecte des déchets et dans tout domaine dès l’instant qu’il y a un risque de piqûre par une aiguille contaminé par le virus de l’hépatite B ou C.

Le virus d’Epstein-Barr, les papilloma virus humains sont classés cancérogènes certains par le CIRC, de même que les infections chroniques par les virus des hépatites B et C, et les toxines sécrétées par certains agents biologiques.

Cancers susceptibles d’être reconnus au titre des listes nationales de maladies professionnelles.

Le rapport recense pour de nombreux pays européens les cancers susceptibles d’être reconnues au titre des maladies professionnelles.
Cancers reconnus en France au titre des maladies professionnelles

Cancers cutanés
En France les cancers cutanés peuvent être reconnus au titre des maladies professionnelles pour les expositions suivantes :

  • arsenic et composés minéraux,
  • brais de houille,
  • dérivés du pétrole,
  • goudrons de houille,
  • suies de combustion du charbon,
  • noir de fumée,
  • paraffine et ses composés,
  • huile minérale.

Dans d’autres pays européens le cancer cutané peut être reconnu au titre des maladies professionnelles dans le cas des expositions suivantes : anthracène,résines, carbazol et ses composés, bitume, radiations ionisantes.

Cancers de la vessie
Les cancers de la vessie peuvent être reconnus au titre des maladies professionnelles pour les expositions suivantes :

  • amines aromatiques et leurs sels.
  • N-nitroso-dibutylamine et ses sels,
  • goudrons, huiles et brais de houille( sauf pour les huiles),
  • suies de combustion du charbon.

Cancers broncho-pulmonaires
Reconnaissance possible au titre des maladies professionnelles en France du cancer primitif provoqué par :

  • les rayonnements ionisants,
  • l’acide chromique, les bichromates alcalins ou alcalino-terreux, les chromates de zinc,
  • les goudrons, huiles, brais de houille et suies de combustion du charbon,
  • l’inhalation de poussières de béryllium
  • l’inhalation de poussières d’amiante
  • l’inhalation de poussières ou de fumées de nickel
  • l’inhalation de poussières ou de fumées d’oxyde de fer
  • l’inhalation de poussières de cadmium
  • l’inhalation de poussières de cobalt associées au carbure de tungstène avant frittage
  • le bis (chloro-méthyle) éther

Dégénerescence maligne pulmonaire consécutive à :

  • l’inhalation de poussières d’amiantes
  • une silicose ou silicotuberculose

Dans d’autres pays européens le cancer broncho-pulmonaire primitif peut être reconnu au titre des maladies professionnelles dans le cas d’une exposition à l’inhalation de poussières ou de vapeurs d’arsenic et de ses composés.

Cancers osseux
Ils peuvent être reconnus au titre des maladies professionnelles en France pour les expositions suivantes :

  • sarcome dû aux rayonnements ionisants
  • cancer de l’ethmoide et des sinus de la face dû aux poussières de bois
  • cancer de l’ethmoide et des sinus de la face dû au nickel
  • cancer des fosses nasales dû au chrome.

Dans d’autres pays européens le cancer des fosses nasales peut être reconnu au titre des maladies professionnelles dans le cas d’une exposition aux poussières de cuir.

Leucémies
Pour les expositions suivantes :

  • benzène,
  • rayonnements ionisants.

Cancers hépatiques
Pour les expositions suivantes, les cancers hépatiques peuvent être reconnus au titre des maladies professionnelles :

  • arsenic et composés minéraux,
  • chlorure de vinyle monomère,
  • virus des hépatites,
  • rayonnements ionisants.

Autres types de cancers
Reconnaissance au titre des maladies professionnelles des cancers liés à l’inhalation de poussières d’amiante ( autres que les cancers du poumon) :

  • mésothéliome pleural,
  • mésothéliome du péritoine,
  • mésothéliome du péricarde.

Dans d’autres pays européens d’autres cancers peuvent être reconnus au titre des maladies professionnelles :
cancer de la thyroide dû à des radiations ionisantes,
cancer du larynx, des cavités orales dû aux goudrons/brais de houille,
cancer du pancréas lié à l’inhalation d’arsenic,
cancer du rein lié au trichloéthylène,
cancer du larynx lié au chrome,
cancer du poumon lié au tabagisme passif.


Vous pouvez lire également les articles suivants :


Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire