Accès aux lieux de travail : dispositif de reconnaissance de l’empreinte digitale et du réseau veineux des doigts de la main

En matière de dispositifs biométriques qui permettent de contrôler l’accès aux lieux de travail, la CNIL, Commission nationale de l’informatique et des libertés, se trouve confrontée à de nombreuses innovations technologiques. Son  rapport  2011, publié récemment précise qu’elle  a délivré  744 autorisations pour des systèmes biométriques au cours de l’année 2011, soit une augmentation de plus de 5% par rapport à 2010. ce rapport fait également état des  nouveaux dispositifs biométriques qu’elle a autorisés. 

En matière de dispositifs biométriques qui permettent de contrôler l’accès aux lieux de travail, la CNIL se trouve confrontée à de nombreuses innovations technologiques. Son  dernier rapport  précise qu’elle  a délivré  744 autorisations pour des systèmes biométriques au cours de l’année 2011, soit une augmentation de plus de 5% par rapport à 2010. ce rapport fait également état des  nouveaux dispositifs biométriques qu’elle a autorisés.

La CNIL a ainsi autorisé en 2011 un dispositif biométrique qui repose sur la reconnaissance de l’empreinte digitale et du réseau veineux des doigts de la main, pour accéder aux locaux de travail.
L’avantage de cette multimodalité biométrique rend plus difficile la collecte des biométries de la personne à son insu.
De nombreuses mesures de sécurité sont mises en place afin que le dispositif ne soit pas détourné de sa finalité :

  • les données sont stockées dans le lecteur biométrique et non sur un serveur,
  • il y a un chiffrement dit « fort » avec une clé spécifique pour chaque lecteur ( un algorithme de chiffrement fort crypte les données afin qu’elles ne puissent  pas être exploitées si elles sont interceptées),
  • une protection  physique des composants,
  • un système de signalement pour toute tentative d’accès au lecteur.

D’autres méthodes d’authentification sont apparues, par exemple la reconnaissance de la frappe au clavier puisque la vitesse de frappe sur un clavier d’ordinateur est très spécifique d’un individu.
On peut donc reconnaître un individu sur la base d’une séquence de frappe qu’il a enregistré au préalable. Cette technologie vient en complément des méthodes d’authentification existantes mais ne les remplace pas.
La CNIL a autorisé ce dispositif dans la mesure où il concerne une population limitée.

 L’informatique doit respecter l’identité humaine, les droits de l’homme, la vie privée et les libertés



Vous pouvez lire également les articles suivants :

Sites Internet conseillés :


Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire