Hématurie: étiologie, conduite à tenir

Une hématurie, c’est à dire la présence de sang dans les urines, parfois révélée par un examen à la bandelette urinaire, peut avoir une origine professionnelle.

Etiologies professionnelles des hématuries
Etiologies communes des hématuries
Conduite à tenir face à une hématurie

Une hématurie correspond à la présence de + à +++ de sang lors de l’examen à la bandelette urinaire.

 

Etiologies professionnelles des hématuries

Nécrose tubulaire: intoxication aiguë

  • Métaux lourds
    Plomb
    Mercure
  • Hydrocarbures: carburants et solvants organiques.
  • Herbicides: paraquat.
  • Arsenic

Néphrite tubulo-interstitielle (intoxication sub-aiguë ou chronique)

  • Métaux lourds
    Plomb
    Cadmium
    Mercure
    Chrome
  • Hydrocarbures
    Carburants et solvants organiques.
  • Silice

Glomérulonéphrite: intoxication chronique

  • Mercure: maladie professionnelle n° 2.
  • Hydrocarbures:
    Carburants et solvants organiques.
  • Silice

Cancer du rein

  • Nitrosamines.
  • Hydrocarbures:
    Essence sans plomb, perchloréthylène, pentachloroéthane.
  • Acétate de plomb et de nickel.

Cancer de la vessie

  • Amines aromatiques:
    Maladie professionnelle n° 15.
  • Dérivés de la houille:
    Goudron, huile, brai (maladie professionnelle n° 16).

Etiologies communes des hématuries

Glomérulonéphrite aiguë ou chronique

Origine ou aggravation toxique professionnelle à rechercher systématiquement.

  • Diabète
  • Hypertension artérielle
  • Maladie de Berger
  • Lupus érythémateux disséminé
  • Purpura rhumatoide
  • Panartérite noueuse
  • Syndrome de Goodspature
  • Syndrome de Wegener
  • Microangiopathie thrombotique
  • Pathologie infectieuse (rare)
    • Streptocoque
    • Staphylocoque
    • Pneumocoque
    • Entérobactéries
    • Brucellose
    • Paludisme
    • Filariose
    • Schistosomiase
    • Loase

Néphropathie tubulo-interstitielle d’origine aiguë ou chronique

Nécrose tubulaire aigue d’origine iatrogène

  • Aminosides.
  • Anti Inflammaoires Non Stéroidiens, AINS
  • Anti-cancéreux.
  • Produits de contraste iodés.
  • Phénacétine.
  • Colimycine.

Nécrose papillaire

  • Diabète.
  • Phénacétine.
  • Drépanocytose.
  • Cirrhose.

Cancer urothélial
Age supérieur à 45 ans,
Antécédent de bilharziose ou d’irradiation pelvienne,
Exposition toxique: aniline, benzène, endoxan,phénacétine, cyclophosphamide, herbes chinoises.

Cancer rénal
Hormis le tabac, origine toxique professionnelle à rechercher.

Cancer ou adénome de la prostate.

Kyste(s) du rein

  • Kyste rompu ou surinfecté.
  • Polykystose (bilatérale).
  • Multikystose(unilatérale).

Lithiase

Infection urinaire

  • Haute.
  • Basse.

Prostatite aiguë

Tuberculose urinaire/ bilharziose urinaire

Drépanocytose

Anévrysme, angiome, thrombose ou embolie de l’artère rénale

Thrombose de la veine rénale ou cave

Conduite à tenir face à une hématurie

En présence d’une hématurie, l’interrogatoire devra rechercher:

  • Des signes cliniques d’infection urinaire.
  • Une cause d’hématurie intermittente:
    Menstruations, exercice physique intense.

Procéder à une cytologie du sédiment urinaire dans les cas suivants:

  • Absence de signes cliniques d’infection urinaire,
    Ou si l’ECBU, Examen CytoBactériologique Urinaire est négatif;
  • Absence de cause d’hématurie intermittente:
    Menstruations, exercice physique intense…
  • Germes et hématurie persistante 15 jours après la fin du traitement de l’infection urinaire.

Conduite à tenir en fonction des résultats de la cytologie du sédiment urinaire:

  • Soit les Globules Rouges, GR, sont inférieurs à 10/mm3 (inférieurs à 10 000/ml):
    Faux positif, la bandelette est trop sensible: positif dès 5 globules rouges/mm3
    Hémoglobinémie
    Myoglobinémie
  • Soit les Globules Rouges, GR sont supérieurs à 10/mm3 (supérieurs à 10 000/ml):
    L’orientation se fera chez un néphrologue ou un urologue, suivant les cas:

Orienter le patient chez un néphrologue si:
GR >10/mm3 > 10 000/ ml et cylindres hématiques
et/ou GR dysmorphiques
et/ou protéinurie > 300 mg/J
et/ou Hypertension artérielle.

Echographie rénale, clearance de la créatinine, ponction biopsie rénale si:
Hématurie > 100 GR/mm3
Hématurie et protéinurie > 300 mg/J;

Orienter le patient chez un urologue si:
GR >10/mm3 (> 10 000/ ml ) et absence de protéinurie
Echographie vésico-rénale, cytologie urinaire / cystoscopie (scanner, IRM)



Vous pouvez lire également les articles suivants :

 


Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire