Glycosurie, cétonurie: physiologie, interprétation des résultats

La présence de glucose dans les urines (glycosurie) détectée à la bandelette peut être associée ou non à la présence de corps cétoniques (cétonurie). En fonction des résultats diverses orientations diagnostiques sont possibles.

Physiologie
Glucose et corps cétoniques : physiologie
Limites d’utilisation de la glycosurie et de la cétonurie

 

Physiologie

Glycosurie: présence de glucose dans les urines
Dépistage grâce à une double réaction enzymatique:

  • glucose-oxydase
  • péroxydase

Résultats possibles pour la glycosurie

  • Négatif
  • Traces : 1g/l
  • +: 2,5 g/l
  • ++: 5 g/l
  • +++: 10 g/l
  • ++++: > 20 g/l

Cétonurie : présence de corps cétoniques dans les urines

Dépistage à la bandelette grâce à un indicateur coloré :

  • nitroprussiate de sodium

Résultats possibles pour la cétonurie

  • Négatif
  • + : 0,15 g/l
  • ++ : 0,4 g/l
  • +++: 0,8 g/l
  • ++++: 1,6 g/l

Glucose et corps cétoniques : physiologie

Il n’existe quasiment pas de glucose dans l’urine.

Concentration physiologique de glucose dans l’urine: inférieure à 0,15 g/l

Détection d’une glycosurie à la bandelette ( test spécifique du glucose)
Elle est due au manque ou à la mauvaise utilisation de l’insuline par l’organisme qui va provoquer une élévation de la glycémie.
L’excès de sucre dans le sang ( nomalement au delà de 1,8 g/l) est alors éliminé par le rein dans l’urine.
La présence de glucose dans les urines doit faire rechercher un diabète, le test de première intention étant une glycémie à jeûn.
La glycosurie peut être associée ou non à la présence de corps cétoniques (cétonurie).

Détection de corps cétoniques à la bandelette
Ce sont des produits du catabolisme lipidique.
Lors de cette dégradation il se forme de l’acide acétyl acétique, précurseur de l’acétone et de l’acide hydroxy butyrique.
La technique utilisée sur la bandelette permet de détecter avec une excellente sensibilité l’acide acétyl acétique.

Principales situations rencontrées pour la glycosurie et la cétonurie

  • Cétonurie -,glycosurie –
    Glycémie inférieure à 1,8 g/l
  • Cétonurie – , glycosurie +
    La glycémie a dépassé le seuil rénal (en général 1,8 g/l mais déséquilibre non majeur)
  • Cétonurie +, glycosurie +
    Hyperglycémie plus sévère
  • Cétonurie +, glycosurie –
    Glycémie correcte mais apports alimentaires insuffisants ou stress physiologique.

Limites d’utilisation de la glycosurie et de la cétonurie

Quand un développement bactérien se produit dans un échantillon d’urine gardé à température ambiante de façon prolongée, les corps cétoniques et le glucose servent de source d’énergie aux germes, entraînant par leur consommation une minoration de la glycosurie et de la cétonurie.
L’augmentation du PH est un indicateur de ce développement bactérien.
C’est pourquoi il convient de privilégier, quand cela est possible, un échantillon d’urine fraîchement émise pour l’analyse.

Au-delà d’un délai d’une heure entre l’émission et l’analyse, il est conseillé de conserver les urines au réfrigérateur.

Il faut aussi veiller à obtenir le recueil urinaire dans un récipient ne contenant aucune trace de sucre et de conservateur et ayant été rincé et séché au préalable.
L’idéal restant le gobelet à usage unique.

Il faut également regarder attentivement la plage densité car une forte dilution de l’urine rendra impossible la détection d’une faible glycosurie ( seuil de détection 1g/l).


Vous pouvez lire également les articles suivants :

 


Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire