Pressing : danger des systèmes photocatalytiques censés réduire l’exposition des travailleurs au perchloroéthylène

Il n’est pas rare qu’en tentant de réduire un risque professionnel, on en crée un autre, parfois plus dangereux que le risque initial. C’est ainsi que des systèmes de photocatalyse mis en place dans certains pressings génèrent un gaz très toxique : le phosgène.

Danger des systèmes de photocatalyse
Substitution des cancérogènes
Réduire l’exposition aux cancérogènes
Valeur guide de l’air intérieur pour le perchloroéthylène
Pressings écologiques

Le travail en pressing, le nettoyage à sec, utilisent le perchloroéthylène et sont donc des activités cancérogènes, puisque cette substance est classée cancérogène de catégorie 3 par l’Union européenne.
Le nettoyage à sec est une activité cancérogène

Danger des systèmes de photocatalyse

Emission de phosgène
Dans le but de réduire l’exposition au perchloroéthylène, solvant chloré, encore appelé tétrachloroéthylène, des pressings ont installé des systèmes basés sur le principe de la photocatalyse, qui accélèrent la décomposition du perchloroéthylène grâce à l’action à la fois de la lumière et d’un catalyseur.

Or, lorsque ces systèmes photocatalytiques sont installés dans les pressings dans le but de traiter les émissions de perchloroéthylène, des produits très toxiques sont émis dans l’atmosphère.
L’INRS a mis en évidence récemment du phosgène. Le phosgène se forme lorsque des vapeurs d’hydrocarbures chlorés se décomposent. Ce gaz très toxique pénètre surtout dans l’organisme par inhalation, il qui peut provoquer des effets pulmonaires très sévères même s’il est présent en faible quantité dans l’atmosphère. Il est très irritant à la fois pour la peau et les muqueuses oculaires et respiratoires.

Toxicité du phosgène

VLEP, Valeur limite d’exposition professionnelle pour le phosgène
VLEP
Il existe une valeur limite d’exposition professionnelle contraignante, pour le phosgène :

  • VLEP 8 heures : 0,08 mg/m3
  • VLEP court terme 0,4 mg/m3

Substitution des cancérogènes

La première mesure de prévention pour une substance cancérogène, mutagène, ou toxique  pour la reproduction consiste à la substituer.
Substitution des cancérogènes
Une fiche d’aide à la substitution du perchloroéthylène est disponible sur le site de l’INRS.

A ce jour la substitution est surtout réalisée au Japon, aux Etats-Unis et en Allemagne. Plusieurs procédés de substitution sont disponibles.

  • Machines de nettoyage « au mouillé »
    les machines sont spécifiques, le nettoyage du textile est satisfaisant mais le séchage est plus long, le repassage doit être adapté.
  • Machines de nettoyage à l’eau
    les résultats du nettoyage sont moins satisfaisants pour certaines salissures.
  • Machines de nettoyage aux hydrocarbures
    Les hydrocarbures s’avèrent moins efficaces que le perchloroéthylène sur certaines taches.

Réduire l’exposition aux cancérogènes

Mesures techniques

Lorsque la substitution s’avère difficile, voire impossible, l’employeur doit réduire l’exposition des travailleurs par des mesures techniques :

  • travailler en système clos,
  • capter les émissions de polluants à la source,
  • évacuer les agents chimiques.

Evacuation des agents chimiques dangereux selon le code du travail

Article R. 4222-13 du code du travail
« Les installations de captage et de ventilation sont réalisées de telle sorte que les concentrations dans l’atmosphère ne soient dangereuses en aucun point pour la santé et la sécurité des travailleurs et qu’elles restent inférieures aux valeurs limites d’exposition fixées aux articles R. 4222-10 et R. 4412-149.
Les dispositifs d’entrée d’air compensant les volumes extraits sont conçus et disposés de façon à ne pas réduire l’efficacité des systèmes de captage.
Un dispositif d’avertissement automatique signale toute défaillance des installations de captage qui n’est pas directement décelable par les occupants des locaux. »

Conformément au code du travail, l’employeur est tenu de mesurer l’exposition des travailleurs aux agents chimiques dangereux

Article R. 4412-27
« L’employeur procède de façon régulière aux mesures de concentration des agents chimiques pouvant présenter un risque pour la santé et la sécurité des travailleurs.
De même, il procède à de telles mesures lors de tout changement intervenant dans les conditions susceptibles d’avoir des conséquences sur l’exposition des travailleurs aux agents chimiques. »

Valeur guide de l’air intérieur pour le perchloroéthylène

L’afsset a publié de nouvelles valeurs guide pour l’air intérieur notamment pour le perchloroéthylène.

La population passe en moyenne 85% de son temps dans des environnements clos, habitation, local de travail, moyens de transport.

La concentration dans l’air couramment observée pour le perchloroéthylène est de quelques microgrammes par m3, (µg/m3).

Par contre des concentrations élevées, de l’ordre de plusieurs milliers de µg/m3 ont été mesurées dans des logements situés au dessus de certains pressings.

L’Afsset propose une valeur guide de qualité d’air intérieur (VGAI) pour les expositions de courte durée à 1380 µg/m3 et pour les expositions de longue durée à 250 µg/m3.

Pressings écologiques

Une trentaine de pressing écologiques se sont installés en France : le nettoyage des vêtements est réalisé grâce au procédé GreenEarth. Il s’agit d’un nettoyage à sec organique,qui utilise un composé à base de silicone, nettement moins toxique et volatil que le perchloroéthylène.

Ce procédé GreenEarth est utilisés par 1500 pressings aux Etats Unis, 400 en Grande Bretagne, 120 en Australie et 100 au Japon.

Exemples de pressings écologiques

Tableau de maladie professionnelle associé :

  Tableau n°12 RG: Affections professionnelles provoquées par les hydrocarbures aliphatiques halogénés énumérés ci-après : dichlorométhane ; trichlorométhane ; tribromométhane ; triiodométhane ; tétrabr (77,3 KiB, 7 016 hits)




Vous pouvez lire également les articles suivants :


Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire