Epidémie de grippe 2018 en France : principalement due au virus souche A(H1N1)

Le bulletin hebdomadaire grippe du 4 janvier 2018 précise quels virus sont en cause dans l’épidémie de grippe actuelle. Plusieurs virus circulent mais c’est principalement du virus souche A(H1N1) ( en effet 77% de virus type A dont 57% A(H1N1)pdm09, 10% A(H3N2) et 23% de virus de type B). A noter que cette année, pour la première fois depuis 2009, la souche A(H1N1) du vaccin grippe a été changée.

Information dans le bulletin hebdomadaire grippe du 4 janvier 2018
Virus en cause dans épidémie de grippe de l’hiver 2017 – 2018
Souches de virus présentes dans les vaccins grippe hiver 2017-2018
Grippe : symptômes,contagiosité, prévention
Doutes sur l’efficacité du vaccin contre la grippe

Information dans le bulletin hebdomadaire grippe du 4 janvier 2018

En semaine 52, 165 cas graves ont été admis en réanimation (versus 133 pour la semaine 51). Depuis le 1er novembre 2017, 434 cas graves de grippe ont été signalés (Figure 4). L’âge moyen des cas est de 55 ans. La majorité (77%) d’entre eux présente des facteurs de risque et 56% des cas pour lesquels le statut vaccinal était renseigné n’étaient pas vaccinés. Un virus de type A a été identifié chez 79% des cas (Tableau 1). Parmi les cas admis en réanimation, 31 sont décédés : 2 étaient âgés de moins de 5 ans , 12 de 15 à 64 ans et 17 de 65 ans et plus.

Parmi les cas admis en réanimations, 56% n’étaient pas vaccinés, mais donc par déduction 44% des cas de grippe admis en réanimation étaient vaccinés.

Virus en cause dans épidémie de grippe de l’hiver 2017 – 2018

Depuis la semaine 40, semaine de reprise de la surveillance,

  • En médecine ambulatoire, 329 virus grippaux ont été détectés sur les 759 prélèvements analysés (43%)
    • 77% virus de type A : 57% A(H1N1)pdm09, 10% A(H3N2) et 10% non sous-typés 
    • 23% virus de type B : 15% virus B/Yamagata , <1% virus B/Victoria et 8% sans lignage ►
  • En milieu hospitalier, sur les 34 360 prélèvements analysés, 3 203 (9,3%) virus grippaux ont été détectés :
    • 73% de type A
    • 27% de type B.

 Souches de virus présentes dans les vaccins grippe hiver 2017-2018-

Les souches de virus dans les vaccins grippe sont les suivantes  pour 2017-2018

  • A/ Michigan/45/2015, H1N1pdm09, seule souche qui change par rapport au vaccin de 2016-2017
  • A/ Hong Kong/4801/2014 ( H3N2)
  • B/ Brisbane/60/2018 ( Victoria)

Par rapport au vaccin de l’hiver dernier, c’est la souche H1N1 qui a été changée. Jusqu’à présent, le vaccin comportait la souche de la pandémie de 2009.

Les vaccins contre la grippe pour la saison 2017-2018 de l’hemisphère nord contiennent une nouvelle souche de virus A (H1N1)

Changement de souche H1N1 dans le vaccin grippe de cette année : jusqu’à présent il s’agissait de la même souche depuis la pandémie de 2009 ( pdm 2009 signifie pandémie 2009). L’OMS voudrait ainsi anticiper une éventuelle variation antigénique de cette souche .

2.1. Virus grippaux A(H1N1)
La plupart des virus A(H1N1)pdm09 appartenaient au clade 6B et au sous-clade 6B1 pour les plus récents.
Des virus du sous-clade 6B2 ont circulé en Asie et en Océanie.
Les personnes immunisées par un vaccin contenant la souche A/California/7/2009 (H1N1)pdm09, utilisée dans les vaccins grippaux depuis 2009, pourraient être moins bien protégées contre les virus A(H1N1)pdm09 du sous-clade 6B1.
L’OMS a donc décidé de remplacer la souche A/California/7/2009 (H1N1)pdm09 par la soucheA/Michigan/45/2015 (H1N1)pdm09, qui appartient au sous-clade 6B1.
La souche A/Michigan/45/2015 (H1N1)pdm09 a déjà été incluse dans le vaccin pour l’hémisphère sud, qui sera utilisé dès le mois d’avril 2017 à La Réunion et à Mayotte. En effet, même si le vaccin anti-virus A(H1N1) reste efficace avec la souche vaccinale A/California/7/2009 (H1N1)pdm09 (60 %) et même s’il n’existe pas de risque avéré d’émergence rapide d’un variant antigénique majeur pouvant compromettre l’efficacité vaccinale, l’OMS a préféré se montrer prudente et anticiper une telle évolution.

2.2. Virus grippaux A(H3N2)
La grande majorité des virus grippaux A(H3N2) collectés de septembre 2016 à février 2017 appartenaient au clade 3C.2a et au sous-clade 3C.2a1. Les virus grippaux A(H3N2) de ce clade et de ce sous-clade sont proches et bien reconnus par les anticorps suscités par la vaccination avec un vaccin contenant la souche A/Hong Kong/4801/2014 (H3N2), utilisée durant la saison précédente 2016-2017 dans l’hémisphère nord. Cette souche, qui sera également utilisée pour la campagne de vaccination 2017 dans l’hémisphère sud qui va débuter, restera donc présente dans les prochains vaccins.

 

Pour mémoire le vaccin contre la grippe pour la dernière saison comportait les souches suivantes :

  • A/California/7/2009 (H1N1)
  • A/ Hong Kong/4801/2014 (H3N2)
  • B/ Brisbane/60/2008 (Victoria)

 

 

Grippe : symptômes, contagiosité, prévention

Fièvre, courbatures, maux de tête, douleurs musculaires sont les symptômes assez caractéristiques de la grippe. Le début brutal distingue la grippe d’un banal refroidissement, autre infection virale hivernale.
La grippe est d’origine virale, aucun traitement miracle ne peut en venir à bout. Dès lors, il faudra miser sur une bonne hydratation, du paracétamol et beaucoup de repos.

Une personne grippée est contagieuse 1 jour avant l’apparition des premiers symptômes, elle peut donc la transmettre à son entourage même lorsqu’elle ne présente pas de symptômes.

Un adulte reste contagieux 3 à 5 jours après l’apparition des symptômes, mais ce délai pourrait jusqu’à 10 jours pour le virus A(H1N1) connu pour être un virus plus contagieux. .

La contamination se fait par voie aérienne ( toux, postillons) par contact rapproché avec une personne, ou par contact avec des objets contaminés par un malade.

Pour prévenir la grippe, adopter une bonne hygiène de vie est essentielle ( alimentation équilibrée, activité physique, etc) mais également mettre en oeuvre les mesures barrières classiques :

  • se laver fréquemment les mains à l’eau et au savon ou avec une solution hydroalcoolique,
  • éviter de se toucher les yeux, le nez, la bouche,
  • limiter les contacts avec les personnes malades, en tout cas resterà distance (au moins 1 mètre) des personnes malades ou qui pourraient incuber la maladie,
  • aérer son logement, son lieu de travail, plusieurs fois par jour pour en renouveler l’air.
  • limiter au minimum nécessaire le temps passé dans la foule.

Porter un masque quand on présente un syndrome grippal est également une bonne mesure pour éviter de contaminer les autres.

 

Doutes sur l’efficacité du vaccin contre la grippe

PNA, Proceedings of the National Academy of Sciences, a conclu à une faible efficacité du vaccin grippe durant l’épidémie de grippe de l’hiver dernier, 2016-2017

Les dangers du vaccin contre la grippe ne sont pas ceux que l’on croit :

Se vacciner tous les ans contre la grippe induit une immunité modeste et éphémère. La maladie grippale apporte au contraire une immunité forte, durable, et étendue à des virus grippaux proches de celui ayant provoqué la maladie. En privant des adultes d’une protection naturelle, la vaccination antigrippale annuelle pourrait avoir des conséquences graves lors de leur grand âge.

On est tout de même étonnés de constater que parmi les cas de grippe admis en réanimation fin 2017,début 2018, donc les cas de grippe sévère, 44% des malades étaient vaccinés…



Vous pouvez lire également les articles suivants :


Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire