Réalisation de l’EFR en santé au travail

L’exploration fonctionnelle respiratoire, EFR, indispensable au diagnostic et au suivi des maladies respiratoires, est très utile en santé au travail. En effet La spirométrie mesure les débits d’air inspirés et expirés lors des manoeuvres respiratoires. Le VEMs, la CVF, capacité vitale forcée et le rapport VEMS/CV sont les indices spirométriques les plus importants. La réalisation d’une spiromètrie, EFR, Exploration Fonctionnelle Respiratoire,  demande moins de 5 minutes, le temps le plus long est celui consacré aux explications qu’il faut donner avant de procéder à la réalisation du test.

Situations dans lesquelles il ne faut pas réaliser de spirométrie
Calibrage du spiromètre
Explications à donner avant la réalisation de la spirométrie
Réalisation de la spirométrie
Réalisation d’une spiromètrie sur le lieu de travail

Une EFR permet de mettre en évidence plusieurs syndromes pulmonaires, dont l’origine peut être ou non professionnel. 20% des asthmes ont une cause professionnelle, il est important de les repérer. Des EFR régulières chez les fumeurs permettent d’objectiver la dégradation de la fonction pulmonaire et constituent un argument supplémentaire pour conseiller d’arrêter la consommation de tabac. Dans certains cas l’EFR permet de suspecter une BPCO, bronchopneumopathie chronique obstructive. 

Situations dans lesquelles il ne faut pas réaliser d’EFR (spirométrie)

Les contre-indications absolues comprennent  les situations où l’augmentation des pressions thoraciques lors des manoeuvres d’expiration forcée pourrait être délétère.

Ne pas réaliser d’EFR dans les situations suivantes :

  • infarctus aigu du myocarde récent ;
  • angor instable ;
  • anévrisme de l’aorte abdominale de taille importante ;
  • embolie pulmonaire aigue symptomatique ;
  • fracture de côte récente ou traumatisme thoracique ;
  • intervention chirurgicale abdominale ou thoracique ;
  • suspicion de maladie contagieuse, le filtre n’est pas efficace à 100%.

 

Calibrage du spiromètre

Une calibration régulière doit être réalisée selon les indications du fabricant. 

Le calibrage s’effectue le plus souvent avec une seringue, il faut effectuer un mouvement aller et retour avec le piston, afin de recréér un cycle respiratoire. Le temps pour calibrer est d’environ 3,5 secondes. La fréquence de calibration doit être journalière selon l’ATS.
Si l’appareil reste fixe on ne peut faire le calibrage qu’une fois par semaine.

Le spiromètre doit être programmé de manière à retenir les meilleures valeurs réalisées  pour CV, CVF, VEMS et DEP, selon les recommandations de l’ERS, European respiratoty society.

Explications à donner avant la réalisation de la spirométrie

C’est ce qui prend le plus de temps dans la réalisation d’une spirométrie :

  • il ne doit pas y avoir de fuite autour de l’embout ;
  • quand le tuyau est dans la bouche, il faut respirer exclusivement par la bouche ;
  • le pince-nez est donc obligatoire ( selon l’ATS, American thoracic society).

Par ailleurs on conseille d’éviter les efforts physiques importants avant de réaliser l’EFR ( un effort peut induire une bronchoconstriction), repas lourds, consommation d’alcool.

Il faut également que le fumeur s’abstienne de fumer dans l’heure qui précède la réalisation de l’EFR.

 

Réalisation des manoeuvres pour l’EFR (spirométrie)

Ce mode opératoire est valable pour tous les spiromètres.

Procédure pour effectuer la mesure de la Capacité vitale forcée, CVF :

  • la personne doit être en position debout ;
  • mettre obligatoirement le pince nez ;
  • placer l’embout sur lequel on installe un filtre anti-bactérien, à usage unique ;
  • respirer doucement pour se familiariser avec l’embout, faire quelques cycles ventilatoires ;
  • début de la spirométrie vider doucement, mais complètement l’air, en expirant, appuyer sur le bouton «début» ;
  • puis réaliser une inspiration complète ( gonfler) ;
  • souffler ensuite le plus fort possible pour tout expirer ;
  • à la fin de l’expiration reprendre les cycles respiratoires.
  • attendre que le test se termine de lui même pour appuyer ensuite sur le bouton «arrêt».

Avant chaque EFR, on introduit les valeurs suivantes dans le logiciel du spiromètre :

  • sexe,
  • groupe ethnique,
  • date de naissance ( âge),
  • taille : ce paramètre influence beaucoup les valeurs prédites; Chaque centimètre supplémentaire s’associe à une augmentation de 2%des volumes pulmonaires. On conseille de vérifier la taille avec une toise, les tailles sont souvent surestimées…

Ces paramètres âge, taille, sexe, groupe ethnique déterminent les volumes pulmonaires théoriques : les équations  GLI 2012 qui sont recommandées par ARS et ERS fournissent des limites inférieures pour les valeurs normales( LIN : lower limit of normal)et permettent de standardiser l’interprétation de la spirométrie.

Réalisation d’une spiromètrie sur le lieu de travail

Ce test permettra de prouver que la gêne présentée par un salarié trouve bien son origine dans le travail.

Réaliser un test avant la prise de poste, puis au bout de 1h de travail, puis 2H, 3H,

S’il n’apparaît pas de syndrome des petites voies aériennes, c’est que le travail n’est pas en cause dans la gêne alléguée.

Vous pouvez lire également les articles suivants :

 

Sites Internet conseillés :

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire