Altération de la fertilité chez l’homme et expositions professionnelles

Equipements de protection individuelle-Santé au travail

Depuis une vingtaine d’années de nombreuses études ont démontré l’effet néfaste de certaines expositions professionnelles sur certains paramètres du sperme des salariés exposés. 3% des salariés du BTP sont exposés à des produits reprotoxiques contre 2% dans les autres secteurs d’activité professionnelle.

Observation de diverses anomalies de la fonction de reproduction chez l’homme
Indice épidémiologique de fertilité du couple
Rappel de la spermatogénèse
L’altération de la spermatogénèse peut se faire à tous les niveaux.
Les reprotoxiques dans le secteur professionnel du BTP
Altération de la spermatogénèse par la chaleur
Rôle du médecin du travail chez des salariés exposés à des reprotoxiques
La fertilité sur le site femiweb.com

Au cours des trente dernières années, on a assisté à une détérioration croissante des fonctions de la reproduction chez le mâle, dans toutes les espèces, même dans la faune sauvage. Dans le même temps, on a assisté à une augmentation constante de l’exposition à des produits chimiques.

La fonction de reproduction chez l’homme est vulnérable, elle est sensible à des facteurs physiques, chimiques, notamment aux expositions professionnelles, environnementales.

 

Observation de diverses anomalies de la fonction de reproduction chez l’homme

Augmentation de la fréquence du cancer du testicule

On observe 4 à 5 cas pour 100 000 dans de nombreux pays.
Il existe un rôle très probable de l’environnement.
Diminution de la qualité du sperme au cours des 20 dernières années

C’est ce qu’il ressort d’une étude portant sur la qualité du sperme chez des candidats au don de sperme, dans une population d’hommes féconds

diminution de la production de spermatozoïdes, de leur mobilité, de leur morphologie, au cours des dernières années.

Il s’agit d’une étude rétrospective.

Anomalie de développement de l’appareil génital

  • Augmentation de l’hypospadia.
  • Augmentation des cas de testicules non descendus.

Indice épidémiologique de fertilité du couple

DNC : Délai nécessaire à concevoir, c’est le nombre de cycles nécessaires à une grossesse après l’arrêt de tout moyen de contraception. Fécondabilité = f = 1/DNC

La fécondabilité moyenne dans les pays développés est de 0,20 à 0,25

La Probabilité d’obtenir une grossesse dans le délai le plus court possible est influencée par :

  • le facteur féminin, la fertilité de la femme,
  • le stress chronique,
  • les caractéristiques du sperme,
  • les antécédents chez l’homme, tel que le varicocèle.

Rappel de la spermatogénèse

La spermatogénèse se déroule dans le testicule, dans les tubes séminifères.
Elle dure 74 jours dans l’espèce humaine et est soumise au contrôle de l’axe gonadotrope.

La fonction testiculaire dépend de la température, elle doit être inférieure de 2 à 4 degrés à la température corporelle.

La spermatogénèse transforme les cellules germinales immatures, les spermatogonies,
en gamètes matures, les spermatozoides.

Dans le tube séminifère, se trouvent 2 types de cellules :

  • les cellules somatiques, les cellules de Sertoli qui réalisent une armature,
  • les cellules germinales qui se trouvent entre les cellules de Sertoli,
    elles sont à différents degrés de maturation.

Les cellules les plus immatures se trouvent en périphérie, les gamètes matures sont libérées dans la lumière des tubes séminifères.
Le spermatozoide quitte le testicule puis gagne les voies séminales.
C’est lors du transit dans l’épididyme qu’il devient capable de féconder.
Lors de l’éjaculation, le spermatzoide est mis en contact avec le liquide séminal, c’est ce qui lui confère sa mobilité.
Le liquide séminal provient de la prostate et des vésicules séminales.

L’altération de la spermatogénèse peut se faire à tous les niveaux.

  • Certains toxiques présents dans le liquide séminal peuvent perturber la mobilité des spermatozoides.
  • Certains composés chimiques se comportent comme des perturbateurs endocriniens ou xéno-hormones : ce sont des produits qui peuvent mimer l’action des hormones endogènes et produire des effets agonistes ou antagonistes.
    Ces composés peuvent donc interférer avec le système endocrinien en altérant le transport, la synthèse ou la dégradation des hormones.
    L’axe gonadotrope peut donc être perturbé par des perturbateurs endocriniens,
    qui ont une action anti-androgène ou oestrogènes like, c’est à dire qui mîment l’action des oestrogènes.
  • Certaines substances présentes dans l’environnement professionnel peuvent également agir sur le tractus génital de l’homme.
  • Un produit reprotoxique peut avoir un effet transitoire à court terme ou un effet permanent à long terme.

Les reprotoxiques dans le secteur professionnel du BTP

L’étude SUMER, réalisée en 2003 a montré que les ouvriers du BTP sont plus exposés aux agents reprotoxiques que les salariés des autres secteurs d’activité professionnelle, surtout les salariés du second oeuvre.
Solvants

Ethers de glycol
Selon l’enquête Sumer réalisée en 2003, 2,5% des salariés du BTP sont exposés à des éthers de glycol, dont 69% d’hommes.
Leur mécanisme d‘action sur la reproduction résulte des métabolites qui sont des aldéhydes et des acides qui prennent pour cible les cellules germinales immatures.
La sensibilité testiculaire varie suivant le type d’éther de glycol.
Il existe de très nombreux éthers de glycol, pour certains d’entre eux, il existe une différence entre les personnes exposées et les non exposées

Autres solvants
Etude en 2005 :
une exposition partielle aux solvants organiques augmente la malformation du tube neural dans la descendance.

Les degrés d’exposition aux solvants sont très variables.
Il existe une corrélation positive entre la FSH et certains solvants.
Quand la FSH augmente, il y a un effet en retour sur le testicule.

Métaux
Ils sont également reprotoxiques.

Les fumées de soudure
Dans les années 80-90, de nombreuses études ont suggéré un effet nefaste des fumées de soudure sur la reproduction.
L’hypothèse avancée repose sur la présence de chrome hexavalent et de nickel, mais ce mécanisme d’action n’est pas expliqué.
En 2006, une étude de cohorte (Jensen et coll) a porté sur 430 couples ( dont l’homme était exposé aux fumées de soudure) aucun lien n’a été retrouvé entre l’exposition professionnelle et le délai à concevoir, la qualité du sperme.

Cette exposition professionnelle aux fumées de soudage semble désormais moins reprotoxique, sans doute en raison d’une baisse des niveaux d’exposition dans les pays occidentaux.

Toxicité des fumées de soudage

Le plomb
Le plomb  a souvent été incriminé mais ses effets sont très controversés.
Le domaine de la construction est celui qui expose le plus au plomb.
2% des salariés sont exposés au plomb, soit 25 000 salariés, 85% sont des hommes.

82% des expositions sont très faibles, la moitié des expositions sont nférieures à 2H par semaine.

Les conséquences reprotoxiques du plomb ne sont pas prises en compte dans le tableau de maladie professionnelle alors qu’elles sont connues depuis longtemps.

Plusieurs études transversales démontrent le lien entre l’exposition au plomb et la diminution des paramètre spermatiques.

  • Une étude réalisé en 2000 a observé la relation entre le délai à concevoir et la plombémie.
    • Il a été observé une augmentation du délai à concevoir en fonction de la plombémie.
    • Au delà il existe une relation entre l’exposition et le délai à concevoir.
  • Une méta-analyse en 2002 a recensé de très nombreuses études mais n’a pas pu établir de relation avec la concentration de plomb dans le sang.
  • Le mécanisme de l’action du plomb sur la fertilité:
    • le plomb interfère avec la compaction de l’ADN ( condensation de la chromatine) au niveau de la tête des spermatozoides ce qui rend le sperme moins fécondant.
    • Le plomb génère également une péroxydation lipidique,
    • il en résulte une altération du liquide séminal et donc de la mobilité des spermatozoides.

Ciment

Une étude réalisée à Marseille en 2009 ( Fleurian et coll) la fois par des médecins du travail et le laboratoire de biologie de la reproduction a mis en évidence un risque accru de présenter une anomalie du sperme lorsde l’exposition au ciment mais l’effectif étudié était trop peu important : altération de la morphologie etde la concentration des spermatozoides.

Deux hypothèses sont avancées pour expliquer ces effets du ciment sur la spermatogénèse :

  • la teneur en métaux lourds du ciment, qui varie en fonction du ciment,
  • la coexposition à d’autres reprotoxiques: les solvants, les fumées de soudage
  • La chaleur n’entre pas dans le risque chimique, mais certains salariés du BTP sont exposés à la chaleur, or elle altère la spermatogénèse.

Altération de la spermatogénèse par la chaleur

La chaleur altère la spermatogénèse par différents moyens :

  • la chaleur entraîne la mort (apoptose) des cellules germinales,
  • elle altère l’expression d’une RNA-binding proteine inductible par le froid,
  • la chaleur altère également les cellules de Sertoli,
  • qui ont pour rôle de soutenir les cellules germinales dans le tube séminifère.

Même en l’absence de toute exposition à des produits chimiques, la spermatogénèse peut donc être altérée du simple fait de la position assise prolongée qui augmente la température scrotale. Ces observations ont été réalisées chez des chauffeurs de taxi, des chauffeurs poids lourds internationaux, etc

Rôle du médecin du travail chez des salariés exposés à des reprotoxiques

L‘exposition professionnelle est un facteur de modification de la production et de la qualité spermatique, un facteur d’augmentation du temps nécessaire à concevoir et un facteur d’altération de l’ADN du spermatozoide.

Chez tout travailleur en âge de procréer exposé à un produit reprotoxique ou susceptible de l’être :

  • s’assurer de la protection collective et individuelle,
  • limiter la durée de l’exposition au produit, changer de poste,
  • la vigilance doit être renforcée en cas d’exposition à un produit qui a des effets sur la fragmentation de l’ADN ,
  • savoir poser la question du délai d’infécondité au salarié.

En cas de difficultés, adresser le patient pour un bilan spécialisé en andrologie.

Un couple sur 6 consulte pour infertilité, il s’agit donc d’un phénomène fréquent. Il faut interroger les salariés sur leur désir de grossesse et sur le délai à concevoir.

Une collaboration plus large doit être mise en place entre les médecins du travail et les services de médecine de la reproduction.

Ces informations ont été recueillies à l’occasion des 30ème journées nationales de santé au travail dans le bâtiment et les travaux publics qui se sont déroulées à Blois du 10 au 12 juin 2009

La fertilité sur le site femiweb.com

Vous pouvez lire également les articles suivants :


Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.