Des plaques pleurales chez un salarié exposé à l’amiante peuvent-elles être reconnues en maladie professionnelle et sur quel tableau ?


Je suis actuellement ouvrier sous statut d’Etat au sein de la Direction des Constructions Navales, et j’ai travaillé dans l’amiante pendant 13 ans en qualité d’abord de mécanicien puis ensuite d’appareilleur de bord sur des bateaux de la Marine Nationale, à l’Arsenal de Toulon. Suite à des problèmes respiratoires, entre autres des essoufflements et dypsnée d’effort), j’ai passé le 6/01/2006 un 1er scanner qui a révélé 2 petits épaississements pleuraux de 9mm et 5mm, puis j’ai repassé un 2ème scanner le 19/11/2008 qui a démontré la stabilité de ces 2 plaques pleurales non calcifiées. Sur les conseils de mon médecin traitant, je viens de repasser un 3ème scanner le 5/07/2010 qui confirme la stabilité de ces minimes plaques pleurales. Mes plaques pleurales, si minimes soient-elles, peuvent être reconnues en maladie professionnelle, et dépendent-elles du tableau N° 30 ou 30Bis de la sécurité sociale ?

Les plaques pleurales sont effectivement reconnues au titre des maladies professionnelles sur le tableau n° 30 des maladies professionnelles du régime général.

Le tableau n°30 indemnise les plaques calcifiées ou non, péricardiques ou pleurales, unilatérales ou bilatérales, lorsqu’elles sont confirmées par un scanner.

L’amiante.

Maladies professionnelles.

  Tableau n°30 RG : Affections professionnelles consécutives à l'inhalation de poussières d'amiante (13,4 KiB, 20 906 hits)


Commentaires clos.